Articles taggés avec ‘Turquie’

Semaine spéciale “Fête de la Musique”

Lundi 21 juin 2010

Pour célébrer cette 29ème édition de La Fête de la Musique - dommage, à un an près elle rentrait dans ma semaine spéciale 30 ans ! - j’ai décidé, non pas d’écrire mais d’écouter pour une fois. Pas de vrais articles mais une pause musicale de 3-4 minutes à savourer à n’importe quel moment de la journée.

Aujourd’hui, c’est le jour pour se faire plaisir niveau musique, alors sortez dans la rue et allez flâner à droite à gauche pour prendre la tension de ce qui se fait en ce moment. Attention, ne suivez pas mes conseils si vous habitez en pleine campagne à plusieurs kilomètres du premier bourg, vous risquez de tourner longtemps en rond avant d’entendre la moindre mélodie.

Mais sachez que depuis sa création, en 1982 par Jack Lang, cette fête musicale, organisée lors du solstice d’été, a largement dépassé nos frontières. Une multitude de pays organisent des festivités. L’engouement n’est pas aussi important partout mais pour peu qu’il y ait un groupe suffisamment important de francophones dans un ville, certaines manifestations s’organisent au fur et à mesure. Ainsi, depuis 2007, New-York fait également partie des 340 villes participantes. L’appellation Fête de la Musique est parfois reprise, même à l’étranger, mais il s’agit généralement de traductions comme Make Music dans les pays anglophones, Fiesta de la Música dans les pays hispaniques, Festa della Musica en Italie, ?wi?to Muzyki en Pologne, Praznic Musike en Bosnie, Dünya Müzik Günü en Turquie,…

Toujours est-il que cette semaine, seule la musique compte. La mélodie plutôt que les mots ainsi chaque jour je vous proposerai une chanson que j’aime particulièrement.

Bonne balade musicale.

© affiche officielle

La Vache Qui Rit à la télévision

Lundi 26 avril 2010

Vendredi dernier, je vous ai longuement parlé de La Vache Qui Rit. Depuis sa création, en 1921, elle a bien évolué. D’un point de vue marketing, la fromagerie Bel a toujours cherché a avoir une visibilité importante, aussi bien auprès des enfants - via les buvards et les protèges cahiers publicitaires - mais aussi des adultes - en tant que sponsor du Tour de France, de la La Transat Jacques Vabre, de la Coupe d’Afrique des Nations de Football

La publicité a toujours joué un rôle important dans le succès et surtout la longévité du produit. Dans les années 50, La Vache Qui Rit a fait parler d’elle en parrainant des émissions de radio sur Radio Luxembourg (les Mots croisés de La vache qui rit®, La vache qui rit® au pays des animaux,…). Plus tard elle s’est associée - de 1989 à 1991 - au jeu télévisé Intervilles.

Au début des années 70, La Vache Qui Rit se met debout. C’est l’agence Norman, Craig & Kummel qui propose, pour la première fois, de la représenter en pied.

Plusieurs publicités papier ont marqué nos esprits. Certains visuels sont même encore utilisés de nos jour.

La marque La Vache Qui Rit vient de sortir une toute nouvelle publicité destinée à la télévision.Je vous propose de revenir aujourd’hui sur l’évolution des publicités de La Vache Qui Rit à la télévision. Lire le reste de cet article »

La Vache Qui Rit

Vendredi 23 avril 2010

Tout le monde connait La Vache Qui Rit®, tout le monde en a mangé et pourtant, on se sait toujours pas pourquoi La Vache Qui Rit, rit ? Puisque ce problème n’a toujours pas été résolu en 87 ans, je ne vais pas tenter de répondre à cette question existentielle, non. Par contre, je peux vous raconter l’histoire de ce fromage un peu particulier, sans grand intérêt et pourtant apprécié partout dans le monde.

La France est connu pour être le pays du fromage et pourtant, tout ce que les étrangers connaissent de nos fromages, dans leur pays (hors Europe), ce sont le camembert et La Vache Qui Rit ! C’est assez limité mais bon, c’est déjà ça.

Il était une fois, dans un petit village du Jura, un certain Jules Bel, jeune homme plein d’ambition voulant devenir affineur et négociant en Comté. Nous sommes en 1865, à Orgelet. Avec le temps, l’entreprise familiale rencontrant pas mal de succès, Jules Bel décida de déménager à une vingtaine de kilomètres, à Lons-Le-Saunier. Après une quarantaine d’années de bons et loyaux services, il rendit son tablier et transmit son patrimoine gastronomique à ses deux fils, Henri et Léon. Suite à sa mobilisation durant la Première Guerre Mondiale, Léon rentra dans le Jura avec la ferme intention de créer un nouveau produit. Parce qu’à cette époque, une grande campagne incitait la population à manger des produits laitiers pour éviter les carences en calcium, il chercha à proposer un produit qui puisse plaire à tous, qui soit économique, simple à transporter et à manger. Ainsi germa dans son esprit l’idée de fabriquer un fromage fondu, vendu en portions. Lire le reste de cet article »