Articles taggés avec ‘T-shirt’

La Marinière

Dimanche 25 juillet 2010

L’un des vêtements à la mode en ce moment, c’est sans conteste la marinière. Vous me direz, ça n’est pas vraiment nouveau. Mais c’est un peu ça aussi la mode, reprendre des classiques et les réutiliser.

Ainsi, je suis persuadée que vous avez tous porté un jour ou l’autre, homme et femme confondus, une marinière. Peut-être même, profitant du retour de la marinière, vous avez ressorti la votre achetée plus de dix ans auparavant ? C’est ça l’avantage avec les basiques, y a toujours moyen de les ressortir sans craindre la vraie faute de goût ou le réel décalage.

Pour la petite histoire, ce vêtement rayé bleu et blanc est devenu la tenue officielle des matelots le 27 mars 1858. La raison de ce choix c’est qu’habillé ainsi, si un homme tombe à la mer il est plus facilement repérable.

Depuis, on associe ce vêtement, à la fois élégant et décontracté, à une multitude de tenues : façon marin avec un pantalon à pont ou plus féminin avec une petite jupe par exemple.

C’est à Coco Chanel que l’on doit le passage de la marinière de la garde robe des marins à nos armoires. En effet, la demoiselle, une fois arrivée à l’âge adulte, ne supporte pas le dictat des robes à plumes corsetées. Désirant se Lire le reste de cet article »

Vie de Merde

Jeudi 13 mai 2010

Vous avez forcément déjà entendu parler du désormais célèbre site : Vie de Merde .

En gros, le concept est simple. Vous, moi, lui, elle ou encore nous, avons déjà vécu des petits malheurs du quotidien que l’on a eu envie de ponctuer par “vie de merde”. Et bien voilà, il suffit d’aller sur le site Vie de Merde (VDM) et de partager avec le reste des internautes vos grands moments de solitude comme lorsque vous vous êtes retrouvée en petite culotte devant tout un groupe de touristes !

Depuis quelque temps est apparu sur la toile cette nouvelle mode de sites participatifs et récréatifs qui n’ont pour véritable objectif que de divertir les internautes à partir d’un concept tout simple.

Parce que le malheur des uns fait le bonheur des autres sachez qu’en déposant vos petits moments de vie “de merde” sur la toile, vous en amuserez plus d’un. C’est presque un geste qui devrait être remboursé par la sécurité sociale puisque vous faites rire les internautes et ça, c’est bon pour le corps et pour le moral.

Cela fait un peu plus de deux ans qu’on découvre quotidiennement des anecdotes drôles, terribles ou mignonnes, selon les cas. Elles sont toutes disponibles sur le site officiel mais également sur la page Facebook (456 201 fans) et sur Twitter (3 956 abonnés).

À l’origine du projet se trouve un jeune homme de 20 ans, Maxime Valette qui, le 12 janvier 2008 - normal c’est une très bonne date - met en ligne le site Vie de Merde. Lire le reste de cet article »

Chamallow and co.

Vendredi 7 mai 2010

Je vous avais parlé du test du chamallow, terrible expérience pour un enfant gourmand. Aujourd’hui intéressons-nous de plus près à cette sucrerie qui plaît tant.

En réalité, ce que l’on appelle chamallow ça n’est pas un bonbon mais une marque, déposée par Haribo. Cette gourmandise n’est en fait rien d’autre qu’une guimauve. Après, il existe plusieurs recettes et je suis d’accord pour dire que la guimauve que l’on trouve dans les oursons enrobés de chocolat n’a pas le même goût que les chamallows.

À l’origine, pour faire de la guimauve, on utilisait un extrait de la racine mucilagineuse de la guimauve officinale. En plus d’avoir le même effet que la gélatine, désormais utilisée dans les recettes, elle avait un pouvoir antitussif.

Ça n’est que depuis le XIXème siècle que les guimauves sont commercialisées. C’est en Amérique du Nord que la guimauve, appelée là-bas marshmallow, est la plus populaire. Le nom utilisé par Haribo, chamallow, découle tout simplement du mot anglais mais en réalité, la recette n’est pas exactement la même.

Pour préparer une quarantaine de “chamallows”, comme ceux que l’on trouve de nos jours en France, il vous faudra utiliser Lire le reste de cet article »

Harder Better Faster Stronger

Mardi 27 avril 2010

Cette chanson a bientôt dix ans et pourtant, je ne m’en lasse pas. Enfin j’aime la chanson mais ce que j’aime encore plus ce sont les vidéos dérivées de la chanson Harder Better Faster Stronger.

Ce titre de Daft Punk, présent sur l’album Discovery (2001), est l’un des plus connu du célèbre duo français de musique électronique.

Contrairement à la plupart de leurs titres, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo chantent dans cette chanson. Bien évidemment, puisqu’ils ne veulent pas montrer leurs vrais visages, ils ne pouvaient pas laisser leur voix telle quelle. Elle est donc transformée façon robot.

En ce qui concerne la mélodie, Daft Punk a expliqué avoir samplé la chanson d’Edwin Birdsong, Cola Bottle Baby.

Le titre, lui, fait référence à la fin du texte que l’on entend dans le générique de L’homme qui valait 3 Milliards :

(…)
Steve Austin will be that man.
Better than he was before.
Better, stronger, faster.
Lire le reste de cet article »

La garde-robe des Geeks

Dimanche 25 avril 2010

Le geek est un être humain comme un autre, il a des passions, des envies et d’un point de vue plus matériel, il doit, comme tous le monde, s’habiller. Alors que les fans de métal se parent de noir, le geek n’a pas peur de la couleur. Encore faut-il qu’elle soit liée à un jeu, un design, une référence.

Je vous avais parlé, lors de la semaine spéciale mariage, des caractéristiques des mariages des geeks, de la demande au choix de l’alliance !

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à la garde-robe des geeks, du caleçon à la cravate en passant par l’indispensable et irremplaçable t-shirt.

Parce que oui, le geek aime avant tout se sentir confortable dans ses vêtements. À moins qu’il ne soit obligé de porter un costume trois pièces du fait de son poste d’ingénieur en informatique, le geek préfère porter des t-shirts. Il en a une petite centaine, au bas mot. Ils sont généralement tous de couleur unie avec un logo ou un bon mot que seul les geek sont sensés comprendre.

Parce que l’on n’a pas besoin d’être 100% geek pour apprécier, voilà une petite sélection. Il y en a pour tous les goûts : langage informatique, jeux vidéos, Nintendo, Space Invaders… Lire le reste de cet article »

Mais où est Charlie ?

Jeudi 11 mars 2010

C’est vrai ça, où est-il ? Parce que l’illustrateur Martin Handford l’a si bien caché qu’on le cherche depuis 1987 alors il serait peut-être temps qu’il pointe le bout de son nez.

Avis de recherche :

Charlie / Willy / Wally / Waldo / Walter / Holger / Valli / Effy… l’individu utilise différents prénoms selon les régions qu’il visite. Traqué dans plus d’une trentaine de pays, le bougre sait se faire discret.

Jeune homme brun, à lunette, portant un jean bleu, un t-shirt rayé rouge et blanc ainsi qu’un bonnet assorti. Il est souvent accompagné d’un chien qui répond au doux nom de Ouaf. Et malgré une description qui ne semble pas passer inaperçue, il sait se fondre dans la masse, tel un caméléon.

Je suis prête à parier que vous aussi, êtes déjà parti à sa recherche ! Sachez que derrière Charlie - son prénom français - se cache Martin Handford, un illustrateur britannique spécialisé dans les dessins de foules. Depuis plus de vingt ans, petits et grands se sont amusés, voire énervés, à essayer de mettre la main sur ce voyageur qui, en plus d’aller un peu partout, n’hésite pas à voyager dans le temps, histoire de nous compliquer la tâche. Lire le reste de cet article »

La Bande Pas Dessinée

Jeudi 21 janvier 2010

Le concept même de la bande dessinée est un sujet propre aux polémiques. Toujours est-il qu’il faut choisir son camp à un moment ou à un autre alors je vais reprendre cette définition “ la bande dessinée constitue un mode de narration utilisant une succession d’images incluant, sous la forme de “bulles”, les réflexions, les sentiments ou les pensées des protagonistes “.

Bien évidemment, je parle d’une définition type ce qui signifie qu’il y a forcément des exemples qui ne rentrent pas dans le moule. Depuis sa création en 1830, nombreuses sont les tentatives d’expérimentations du 9ème art. Aux États-Unis, le genre a été popularisé grâce aux comic strip publiés quotidiennement dans la presse, ces très courtes BD de quelques cases seulement. Au Japon, un autre genre prend le dessus, le manga et sa structure qui lui est propre et qui ne ressemble en rien aux bandes dessinées destinées au public jeunesse d’Europe. On peut citer des dérivés comme les romans graphiques ou encore la bande dessinée muette - dont cet exemple version blog. L’un des exemples classiques est La Mouche de Lewis Trondheim. Il s’agit d’une succession de cases sans texte mais avec malgré tout une trame narrative. Lewis Trondheim aime expérimenter de nouvelles choses comme par exemple improviser une bande dessinée avec Lapinot et les carottes de Patagonie. Cet ouvrage de 500 pages, uniquement en noir et blanc, a été pensé au fur et à mesure de son écriture et non pas en amont. Mais je m’égare, revenons à nos moutons cases sans dialogues. Cette approche nous ouvre d’autres perspectives et nous prouve qu’il n’est pas toujours nécessaire d’utiliser des mots lorsque le dessin se suffit à lui-même. Lire le reste de cet article »