Articles taggés avec ‘Sculpture’

Les amoureux du Pont des Arts

Samedi 8 mai 2010

Paris, aaaah Paris, ville de lumière et surtout ville de l’amour. À l’étranger, le simple fait d’être français est un atout incroyable de séduction. Et lorsque l’on est amoureux, rien de tel qu’une escapade romantique à Paris.

Attention, il n’est pas indispensable d’être amoureux pour apprécier Paris mais soyons honnête, cette ville a tellement à offrir que les touristes trouveront toujours des choses nouvelles à découvrir. Reste malgré tout quelques “inévitables” : la Tour Eiffel, le musée du Louvre, Notre-Dame, le Sacré-Cœur ou encore les bords de Seine.

C’est justement au niveau de la Seine, en plein cœur de Paris, que se trouve l’un des lieux préférés des amoureux : le Pont des Arts.

Willy Ronis les a immortalisés en 1957 mais depuis, les amoureux n’ont jamais cessé de venir sur ce pont.

Avant d’en arriver au XXIème siècle, revenons sur l’histoire de ce pont.

Sous Napoléon, un chantier est lancé en 1801 par les ingénieurs Louis-Alexandre de Cessart et Jacques Dillon. Au programme, la construction du premier pont métallique (en fonte) de Paris, inspiré d’un projet anglais. Puisqu’il permet de rejoindre le Palais des Arts - nom du Musée du Louvre sous le Premier Empire - on le nomme tout simplement le Pont des Arts.

Lors de son inauguration, en 1804, le pont était une sorte de jardin suspendu sur lequel se trouvait des bancs et des arbustes. Le premier jour, 65 000 parisiens, moyennant finance, traversèrent ce pont. Lire le reste de cet article »

Ron Mueck

Samedi 27 février 2010

Parmi les artistes contemporains, il en est un qui aime tout particulièrement représenter notre société à travers des sculptures époustouflantes de réalisme. L’arrivée de Ron Mueck au sein du monde de l’art contemporain est assez récent, une douzaine d’années seulement. Mais en réalité cet artiste n’est pas novice en la matière. Retour sur le parcours de cet homme à part.

Rom Mueck est un artiste australien, né à la fin des années 50 à Melbourne. Tout petit déjà, il passe son temps à fabriquer des objets. Faut dire qu’avec un père sculpteur de jouets en bois et une mère créatrice de poupées de chiffons, il avait toutes les cartes en main pour bricoler et surtout, laisser parler sa créativité.

Une fois adulte, Ron Mueck construit des marionnettes. En 1979, il trouve un emploi à la télévision pour créer les marionnettes d’animaux de l’émission australienne pour enfant, Shirl’s Neighbourhood. À partir de 1983, il part pour Londres et collabore aux shows du célèbre Jim Henson (Muppet Show & Sesame Street). L’expérience se poursuit avec deux longs-métrages (Dreamchild puis Labyrinth, avec David Bowie) pour lesquels Ron Mueck gère la partie effets spéciaux et marionnettes. Lire le reste de cet article »

La Cène, d’hier à aujourd’hui

Samedi 16 janvier 2010

Quelque soit votre position en ce qui concerne la religion, vous êtes forcément amenés à croiser des références au judaïsme, au bouddhisme, au christianisme, à l’islam,… dans votre vie de tout les jours, que ce soit dans un musée, dans la presse ou à la télévision. Pas besoin de croire ou d’être religieux pour comprendre certains codes propres à telles ou telles religions. Ce blog ne se rapporte à aucune foi religieuse mais ça n’est pas une raison pour ne pas parler de certaines œuvres d’arts qui se rapportent à Jésus. On ne compte plus les représentations de la vie du Christ mais s’il est une scène récurrente c’est bien celle de la Cène justement.

En latin, cena signifie le repas du soir. Le repas le plus important pour les chrétiens est le dernier prit par Jésus Christ, la veille de sa crucifixion. C’est le soir du Jeudi Saint, peu avant la Pâque juive et Jésus est entouré de douze apôtres. C’est à cette occasion que Jésus institue l’Eucharistie en disant : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ».

Maintenant que tout le monde voit ce dont je veux parler, intéressons-nous à la représentation de cette scène. S’il est bien un tableau vu et revu c’est celui de La Cène. Pour certain, il n’existe qu’une version, c’est celle peinte par Léonard de Vinci et que voici. Lire le reste de cet article »

Alexander Calder : les années parisiennes

Samedi 28 mars 2009

Lorsque l’on parle d’Alexander Calder, on pense le plus souvent à ses mobiles. Mais l’œuvre de ce sculpteur est plus variée et complexe.

L’exposition qui vient de débuter au Centre Pompidou retrace le parcours de Calder à Paris de 1926 à 1933, période pendant laquelle son style va évoluer du figuratif à l’abstrait. Durant ces années, ses œuvres ont fortement été influencées par ses rencontres avec d’autres artistes et célébrités de l’époque.

Pas besoin d’être un esthète pour apprécier car son art a quelque chose d’enfantin qui peut plaire à tous, toutes générations confondues. Lire le reste de cet article »