Articles taggés avec ‘Poisson d’Avril’

Les poissons d’Avril de la Presse

Jeudi 1 avril 2010

Le poisson d’avril, pour les grands, ça n’inclut pas souvent des poissons en papier collés dans le dos. C’est généralement plus subtil comme canular.

Pour une fois, ça n’est pas une fête commerciale, contrairement à la Saint-Valentin qui n’est pas toujours bien perçue. Après, tout le monde n’a pas le talent suffisant pour réussir à berner l’auditoire en inventant une histoire assez crédible pour qu’on y croit.

Selon la légende, l’origine de cette journée un peu particulière remonte à la seconde moitié du XVIème siècle, à l’époque où Charles IX, alors Roi de France, aurait tenté de chambouler le calendrier. Rien de tout cela n’est vrai bien sûr, ah ah poisson d’avril ! Enfin il y a forcément un fond de vérité mais disons que les véritables raisons sont un peu obscures. De même que l’utilisation du poisson comme symbole de cette journée consacrée aux farces.

Pour certains, son utilisation est liée au fait qu’en astrologie, le signe zodiacal qui précède le 1er Avril est le signe du poisson (19 février-20 mars). D’autres se seraient amusés à mettre des faux poissons dans l’eau à cette époque de l’année - période de frai - où la pêche est interdite afin de laisser les poissons se reproduire. Enfin, ce qui paraît le plus véridique, c’est l’idée que les gens s’offrant principalement des cadeaux alimentaires, ne pouvaient décemment pas offrir de la viande alors que les chrétiens célébraient la fin du carême.

Ce jour des “fous”, des “dupes”, comme on l’appelle dans les pays anglophones (April Fool’s Day), n’est pas une exception française. Lire le reste de cet article »

André Aubert dit Don Patillo

Lundi 15 mars 2010

Pour ceux qui sont nés avant 1995, vous vous souvenez probablement des célèbres publicités pour les produits Panzani. Niveau ravioli, on a eu droit à ” Reviens Léon, j’ai les mêmes à la maison “. Pour les sachets de pâtes, il fallait compter sur un curé de village pour entendre le slogan ” Des pâtes, oui, mais des Panzani “.

Ce qui a marqué ma génération et les précédentes, ça n’est pas tant la phrase, que l’homme qui la citait : Don Patillo. Cet homme de foi, véritable remake publicitaire du Don Camillo de Fernandel, reprenait tous les codes du célèbre curé des films des années 50. Tenue, accent du sud, vélo… tous les accessoires sont bons à utiliser pour rendre le produit encore plus populaire.

Derrière le personnage se cachait l’acteur André Aubert. Sa disparition il y a quelques jours, à l’âge de 86 ans, est l’occasion de revenir sur son rôle le plus marquant, celui du curé sans cesse attiré par le péché de gourmandise (Oui, mais des Panzani !).

Avant d’être rendu célèbre au travers de ces publicités pour les pâtes Panzani, André Aubert était surtout connu pour ses imitations. Il aurait même été un modèle pour Thierry le Luron et Patrick Sébastien. Lire le reste de cet article »