Articles taggés avec ‘New-York’

Gigapixel

Samedi 20 février 2010

De nos jours, en France, pratiquement tout le monde possède des appareils électroniques et numériques : ordinateur, téléphone portable… Parmi les accessoires extrêmement répandus, il y a l’appareil photo numérique. Tout le monde fait des photos et au fur et à mesure des années, la qualité des appareils augmente. Ainsi, de nos jours, on peut se procurer à un prix raisonnable un appareil avec une qualité de 8 à 10 mégapixels soit 10 000 000 d’unités qui viennent composer l’image. Il y a encore quelques années, les bons appareils avaient une capacité de 3 mégapixels en moyenne. Je vous laisse imaginer ce que l’on trouvera sur le marché d’ici deux à cinq ans.

Mais parce que la science n’a pas de limite - suffit généralement d’être patient - des appareils avec un capteur encore plus important ont été créé. Cela permet d’obtenir davantage de détails. Mais parfois, le souci, ça n’est pas tant la qualité de l’appareil que l’optique qui ne permet pas de prendre en photo ce que nos yeux voient. Impossible, par exemple, de rapporter de vacances cette vue magnifique de Paris/New-York/(ville de votre choix) vu d’en haut. Lire le reste de cet article »

Hallelujah

Mardi 9 février 2010

Ces dernières années, pas moyen d’échapper à cette chanson, douce et lancinante à la fois. Ce titre a été repris mainte et mainte fois mais généralement, les gens pensent que cette chanson est de Jeff Buckley. Erreur. Ce titre est apparu pour la première fois en 1984 dans l’album Various Positions de Leonard Cohen. Cette chanson de l’auteur et chanteur canadien a fait l’objet de plusieurs centaines de reprises. La plupart, durant des concerts, mais une bonne quantité a malgré tout été enregistré.

Selon les interprètes, l’atmosphère qui se dégage de la chanson n’est pas le même. Chez Leonard Cohen, le ton est moins passionné que chez la chanteuse Allison Crowe. Même le texte connaît des variations. Outre son titre évocateur, la chanson fait référence à la religion, principalement à l’Ancien Testament quand David et Bath-Chéva’ donnent naissance à un enfant, fruit du péché. Mais Hallelujah parle également de relations amoureuses et de sexe. Le texte a été sujet à de nombreuses interprétations. Lire le reste de cet article »

Le Glamping

Samedi 30 janvier 2010

Nous sommes beaucoup à avoir un jour pris notre sac à dos et planté notre tente dans un camping histoire de passer quelques jours de vacances entre amis ou en famille, le tout dans une ambiance bon enfant et surtout pour un budget acceptable. Forcément, en matière d’argent, tout est relatif et chacun fixe ses propres limites mais disons que le camping fait parti des lieux de résidences les moins chers. Dans l’histoire, le confort n’est pas l’argument prioritaire mais certains aiment se retrouver dans la nature, au grand air, au contact des éléments (hum, le soleil à 8h du matin qui transforme ma tente en fournaise ou encore le petit ruisseau en contrebas qui donne envie d’aller aux toilettes toutes les 10 minutes).

Je plaisante, enfin pas tellement mais disons que certains préfèrent profiter des grands espaces, avant toute chose. Le soucis c’est qu’il faut parfois choisir entre grand air et confort. Les toilettes dans un trou et le dos en compote à cause du matelas pneumatique qui se dégonfle trois fois par nuit c’est de l’histoire ancienne.

Toujours est-il que ça n’est pas parce qu’on fait du camping qu’on n’a pas le droit de se faire plaisir. Allier le glamour et le camping c’est possible et ça s’appelle le Glamping ! Lire le reste de cet article »

Semaine mariage : “L’accro du shopping dit oui”

Jeudi 17 décembre 2009

Dans le monde de la Chick-Lit, il est une reine nommée Sophie Kinsella. L’une de ses héroïnes les plus prolifiques - parce que oui, il s’agit toujours d’une héroïne afin que la lectrice puisse tant que possible s’identifier à elle - se nomme Rebecca Bloomwood. Becky - son surnom officiel - se fait plus généralement appeler “l’accro du shopping”. Et ça n’est pas peu dire…

Incapable de résister face à un écriteau “promotion”, elle est prête à risquer le découvert dans le seul but de pouvoir ressentir ce frisson de joie lorsqu’elle sort d’une boutique avec un sac contenant l’objet qui lui a fait faire des économies. Bah oui, puisqu’il avait 10% de réduction pour 100$ d’achat minimum ! Bon d’accord une cuillère à confiture de l’époque victorienne n’est pas l’achat le plus utile actuellement mais il y a forcément un jour où l’on a besoin d’une cuillère à confiture victorienne, non ?

Quoi qu’il en soit, qu’importe l’objet ou le vêtement, ce qui compte c’est ce bonheur d’acheter et surtout d’avoir l’impression de faire une bonne affaire. Becky est comme ça, naïve et enflammée. Lire le reste de cet article »

Julie & Julia

Jeudi 13 août 2009

Si vous aimez les blogs ou la cuisine française ou même encore New-York alors ce livre est fait pour vous.

À l’origine de ce livre, un blog. Derrière l’écran, une femme de bientôt trente ans, pas satisfaite de sa vie et qui décide de se lancer un défi culinaire. Au final, un buzz autour du blog et une proposition par un éditeur de transformer ses chroniques du web en un roman. Et cerise sur le gâteau, le livre a été adapté au cinéma. Julie & Julia sera sur nos écrans français le 16 septembre prochain.

Au début de l’histoire, Julie Powell, vingt-neuf ans, mariée, vit dans un petit appartement à New-York avec ses trois chats et son python. Elle occupe un poste de secrétaire intérimaire pour le gouvernement et plus spécialement dans le service qui gère les commémorations du 11 septembre. Pas franchement emballée par sa vie professionnelle, elle stagne.

Alors qu’elle est chez sa mère, elle feuillette l’un des ouvrages de référence de toutes les ménagères américaines des années 70, L’art de la cuisine française par Julia Child. Bien que n’ayant aucune vocation de cordon-bleu, Julie décide d’emprunter ce livre. C’est là que germe l’idée de réaliser toutes les recettes du livre, toutes sans exception, et en une seule année. C’est-à-dire 524 recettes en 365 jours ! Lire le reste de cet article »

Look at me, I’m Sandra Dee

Mardi 11 août 2009

Parce que tout le monde associe Grease à John Travolta et Olivia Newton-Jones, j’ai décidé de vous parler aujourd’hui d’une chanson de cette comédie musicale qui n’est interprétée ni par l’un ni par l’autre.

Avant qu’une adaptation sorte au cinéma en 1978, Grease était un spectacle musical de Jim Jacobs et Warren Casey, Datant de 1971, l’histoire raconte la jeunesse américaine des années cinquante. La toute première représentation de cette pièce a eu lieu au Kingston Mines Theatre de Chicago. À cette époque la pièce n’était pas entièrement musicale. Après remaniement elle fut présentée en février 1972 à l’Eden Theatre de Broadway dans sa forme telle qu’on la connaît. Depuis, Grease est toujours à l’affiche que ce soit sur Broadway (New-York) ou à Londres. Une tournée en Asie a même commencé en 2008, comme quoi le public est toujours là, même la nouvelle génération est au rendez-vous.

L’adaptation au cinéma a confirmé le succès du musical. D’ailleurs, une nouvelle sortie en salle a eu lieu pour la France en version remasterisée le 8 juillet 2009.

L’histoire est simple, les garçons s’identifient à Danny Zuko, le leader des T-Bords alors que les filles se reconnaissent en Pink Ladies, que ce soit en tant que Sandy Olsson, la jeune australienne sage et propre sur elle ou bien en tant que Betty Rizzo, un peu moins fleur bleue et surtout un peu plus grande gueule. C’est cette dernière, interprétée par Stockard Channing - Mrs Bartlet, la femme du président des États-Unis dans la série The West Wing - qui chante le titre Look at Me, I’m Sandra Dee. Lire le reste de cet article »

Manneken-Pis

Samedi 11 juillet 2009

Que serait Paris sans sa Tour Eiffel, New-York sans sa Statue de la Liberté et Rio sans son Corcovado ? Alors si je vous dis Bruxelles vous me dites… gaufre ? Mais non, ça c’était l’article d’hier ! Et puis je ne parle pas des spécialités culinaires. Alors Bruxelles ne serait pas Bruxelles sans son p’tit bonhomme exhibitionniste qui passe son temps à uriner devant des touristes amusés.

Si vous arrivez pour la première fois dans le centre de Bruxelles, c’est assez simple : suivez les groupes de gens, majoritairement touristes. Soit vous arriverez sur la Grand-Place, sublime symbole architecturale de la ville, soit vous irez un tout petit peu plus loin, à l’angle des rues de l’Étuve et du Chêne, devant la plus célèbre fontaine du pays. Bien évidemment, l’un n’empêche pas l’autre. Et puis il y a encore plein d’autres choses à voir mais ça c’est une autre histoire.

Une fois devant vous vous direz tous la même chose : ” mais c’est comme La Joconde, c’est beaucoup plus petit que ce que l’on imagine ! “.

Afin d’égayer cet article, je vous invite tout d’abord à écouter cette chanson de Maurice Chevalier qui rend hommage au Manneken-Pis.

- Il était une fois, un petit garçon qui urina sur la mèche d’une bombe que des ennemis avaient déposés afin de brûler la cité. Grâce à ce besoin naturel, il sauva les habitants d’un terrible ravage. Lire le reste de cet article »