Articles taggés avec ‘nettoyer’

The International Pillow Fight Day

Samedi 10 avril 2010

Samedi dernier a eu lieu la “Journée Internationale de la Bataille de Polochons”. N’ayez pas l’air surpris, il existe toutes sortes d’évènements de ce genre un peu tout le temps ces dernières années. Vous avez forcément remarqué, en ces temps de crise du début du XXIème siècle, à quel point la jeune génération des 25-35 ans se sentait nostalgique des années 80 et de leur enfance en général.

Cette époque où il faisait bon vivre, où l’on s’amusait avec un bout de bois et quelques gravillons, où il était possible d’aller seul à la boulangerie sans risquer de se faire enlever ou sans avoir un portable sur soi pour être joignable en permanence. Oui, le jeune aime à se remémorer ces petites choses de son enfance, pleine d’innocence et sans grandes conséquences.

Rien de tel, alors, qu’une bonne bataille de polochons. Et pour peu que l’on ait gardé son âme d’enfant, il n’y a pas d’âge pour ça. Cardiaques et allergiques aux plumes s’abstenir, c’est tout. Et puis depuis plusieurs décennies, les plumes ont souvent été remplacées par des rembourrages synthétiques alors plus d’excuses. Lors des batailles, c’est moins esthétique visuellement parlant mais c’est surtout moins cher.

L’International Pillow Fight Day existe depuis quelques années. Au fur et à mesure des manifestations annuelles, de nombreuses villes sont venues s’ajouter à la liste des participants. Lire le reste de cet article »

Procrastination

Dimanche 21 mars 2010

Le dimanche, plus qu’aucun autre jour, on a le droit de ne pas faire ce que l’on devrait faire. C’est typiquement le jour où l’on se dit qu’il faut ranger, finir les travaux, trier, rattraper le retard de courrier, nettoyer en grand,… Mais puisque le septième jour, Dieu se reposa, pourquoi ne pas en faire autant !

Je ne sais pas si le terme de procrastination vous est familier mais disons que c’est un peu le terme qui me définit le mieux ces derniers temps. Pour résumer, c’est l’art - oui, oui, c’est un art qui n’est pas accessible à tous - de tout remettre au lendemain. N’y voyez pas forcément un désintérêt pour tout avec tendance  limite dépressive. Non, non.

C’est plutôt ne pas réussir à commencer et donc trouver mille et une excuse pour retarder ce moment “désagréable” ou tout du moins qui nécessite un effort. On peut alors se faire un thé, chercher le bon crayon, regarder ses e-mails, faire la vaisselle, lister les choses qu’il faut faire - j’adore les listes ! - et ainsi retarder le moment où l’on sera bien obligé de les faire.

Le risque  c’est que tout n’a pas une échéance comme le paiement des impôts sur le revenu et on ne risque pas une majoration de 10% en plus lorsqu’il s’agit de ranger la pile de bouquins qui traîne. Quoi que, on finira bien par acheter d’autres livres et on se dira alors “aaargh, faudrait vraiment que je réorganise la bibliothèque, ça déborde de plus en plus, c’est moche, c’est pas pratique et ça m’énerve“. Sauf que… ça n’arrive jamais, ou presque. Il y a fort à parier que dans 6 mois ce sera toujours la même chose. Lire le reste de cet article »