Articles taggés avec ‘Muriel Robin’

La Classe

Lundi 27 juillet 2009

À la queuleuleu… à la queuleuleu… à la queuleuleu aaaaaaah… tout le monde s’éclate, à la queuleuleu !

C’est sur ces profondes paroles de Bézu que commençait la plus célèbre émission humoristique du petit écran du début des années 90.

J’adorais regarder La Classe ! Comprenez bien qu’il ne s’agit ni des vrais bancs de l’école où nous sommes tous allés un jour ni du film Entre les Murs qui a obtenu la palme d’or en 2008. Non je parle de cette émission de télévision qui passait sur FR3, chaque soir de la semaine, de 20h à 20h30. Juste avant la météo et le film quoi !

Cette émission conçue par Guy Lux - aaah, ce cher Guy Lux - a remplacé Les jeux de 20 heures, en place depuis une dizaine d’années. Après les questions de culture générale, place à l’humour et aux jeunes (et moins jeunes) talents français. À l’origine l’émission devait s’appeler Chahut-Bahut mais ce nom avait déjà été déposé.

Dans le rôle de l’enseignant qui interrogeait et supervisait une classe, parfois turbulente, j’ai nommé Fabrice. De son vrai nom François-Fabrice Simon-Bessy, c’est lui qui a animé La classe de 1987 à 1994. Les plus jeunes ne le connaissent peut-être pas mais il a également fait les grandes heures de la radio RTL, de 1965 à 2000. Il a entre autre popularisé la fameuse “valise RTL”. Il a aussi souvent rejoint l’équipe des Grosses Têtes de Philippe Bouvard, sans oublier les émissions à la télévision dont Jeux sans Frontières et Intervilles. Lire le reste de cet article »

Ne me quitte pas

Mardi 2 juin 2009

Quel est le point commun entre Sting, Johnny Hallyday, Nina Simone, Julio Iglesias et Nana Mouskouri ?

La célébrité ? Oui, c’est exact mais pas seulement. Ils ont tous chanté la célèbre chanson de Jacques Brel, Ne me quitte pas.

Bien que d’origine flamande, Jacques Brel est le chanteur belge francophone le plus célèbre  de l’hexagone. Figurez-vous qu’au début des années 50, il chantait pour son entourage et dans quelques cabarets bruxellois. Cependant, sa famille n’appréciait pas sa puissance lyrique et l’encouragea à stopper. Heureusement pour nous, Jacques Brel persévéra et alla à Paris, sans le sou - sa famille lui coupant les vivres.

Comme pour beaucoup de vedettes, le hasard des rencontres lui ouvrit des portes : celle de Jacques Canetti, découvreur de talents chez Philips et propriétaire du cabaret Les Trois Baudets, ainsi que Bruno Coquatrix, le directeur et propriétaire de la salle de l’Olympia.

Suite à quelques années de galère, il sort en 1955 son premier 33 tours. Mais c’est surtout avec le second - pour lequel il reçoit le grand prix de l’Académie Charles-Cros - qu’il rencontre son public. Le succès arrive e 1958 alors qu’il est en première partie à l’Olympia. Dès l’année suivante il chante en tête d’affiche.

Le 11 Septembre 1959 il enregistre le titre qui fera le tour du monde, Ne me quitte pas. Lire le reste de cet article »