Articles taggés avec ‘Maurice Jarre’

Unchained Melody

Mardi 8 septembre 2009

Quelle fille n’a jamais rêvé de vivre une scène aussi romantique que celle de la poterie dans le film Ghost ? Bien évidemment il y a celles qui craquent pour Patrick Swayze - faut dire que dans Dirty Dancing, lui au moins il ne laisse pas Bébé dans un coin ! - mais que serait cette scène mythique pleine de romantisme et d’érotisme sans la musique qui berce le couple ?

Et pourtant, la première fois que j’ai découvert ce film, je n’avais pas dix ans ce qui ne m’a pas empêché de fondre littéralement. Fondre sous le charme qui s’en dégage mais aussi bien sûr  fondre en larmes… bah quoi, je suis une jeune fille très sensible !

Le titre phare de ce film, c’est Unchained Melody. Contrairement à ce que certains doivent se dire, ça n’est pas une composition originale pour Ghost. Cette chanson date de 1955 et elle est devenue l’une des plus populaires du XXème siècle. On ne compte plus le nombre de versions - enfin disons qu’il y en a environ 500 ! - dans une multitude de langues différentes.

Retour en 1936, quand le jeune Hy Zaret compose les paroles de ce titre légendaire. Le garçon se souvient de sa passion dévorante pour la jeune “cookie” (Mary Louise Pierce) alors qu’il n’a que 16 ans. Lire le reste de cet article »

Maurice Jarre

Mardi 31 mars 2009

C’est souvent lorsqu’il est trop tard que l’on s’intéresse aux grands artistes. Maurice Jarre, célèbre compositeur, est décédé avant-hier des suites d’un cancer à l’âge de 84 ans.

Vous connaissez sûrement son nom mais il est plus que probable que vous connaissiez tous les grands thèmes qu’il a composés pour le cinéma, même sans avoir vu les films auxquels ils se rattachent.

Né à Lyon en 1924, Maurice Jarre ne s’intéresse que tardivement à la musique. C’est après avoir écouté la 2e Rhapsodie Hongroise de Liszt , interprété par Léopold Stokowski, qu’il comprend quelle est sa vocation. Devenu timbalier, il joue en duo avec le futur célèbre compositeur Pierre Boulez. Mais très vite, il s’oriente vers la composition. Durant douze ans il occupe le poste de directeur musical du Théâtre National Populaire.  Il composa, entre autre, le fameux air des trompettes qui est joué avant chaque représentation de théâtre au Palais des Papes d’Avignon, chaque été, lors du festival. C’est  aussi à cette époque qu’il commence à composer pour le cinéma. Tout d’abord pour les courts-métrages de Demy, Resnais, Franju. Très vite ce dernier lui demande d’illustrer musicalement son long-métrage La tête contre les murs. Il composera aussi pour Jean-Pierre Mocky - rencontré en tant qu’acteur sur le film de Franju - avant de partir s’installer aux États-Unis au début des années 60.

Je vous propose, à travers 10 œuvres, de retracer sa carrière de compositeur de musique de film. Lire le reste de cet article »