Articles taggés avec ‘Humour’

La promo de la Fox pour Dr House

Lundi 31 mai 2010

Pour ceux qui n’ont encore jamais vu la série Dr House, sachez que c’est une série médicale, certes, mais bien différente de tout ce qu’on connaissait jusqu’à présent.

Dix ans avant la venue de Dr House, les téléspectateurs ont suivi les aventures plus ou moins dramatiques des médecins d’un hôpital de Chicago dans Urgences. Puis, sept ans plus tard, avec Scrubs, la médecine est passée au second plan pour privilégier les situations humoristiques.

Puisque les chaînes de télévision américaine se doivent d’avoir des série policières, familiales et médicales, la Fox a voulu montrer qu’elle savait faire aussi bien que NBC qui diffusait les deux autres séries. Avec Dr House, elle nous donne à voir la vie d’un médecin on ne peut plus atypique. Le Docteur Grégory House, chef du département de diagnostic d’un hôpital du New Jersey est disons, différent de ce que l’on peut attendre d’un docteur. Il n’est ni amical, ni chaleureux, il ne fait pas confiance aux dires des patients et déteste plus que tout les rencontrer. Véritable misanthrope, il n’en reste pas moins brillant dans son domaine ce qui lui permet d’abuser de la gentillesse de la doyenne de l’établissement. Précisons tout de même qu’il a beaucoup d’humour même s’il peut parfois être mal interprété par son entourage. Lire le reste de cet article »

Awkward Family Pictures

Dimanche 9 mai 2010

Qui n’a pas, un jour, en farfouillant dans un tas de vieilles photos, trouvé des preuves d’une coupe de cheveux, d’une paire de lunettes ou d’un jogging affreux que l’on aurait préféré oublier à tout jamais ?

Pas besoin de faire un portrait de famille pour connaître la dure épreuve de la photo officielle. C’est tous les ans la même chose lorsque l’on est à l’école. En primaire, on est content, mais au collège et au lycée, c’est une autre histoire. L’acné, les appareils dentaires, la coupe au bol, la mode des pulls larges et les montures géantes, rien ne nous a été épargné. Pour peu que l’on ne soit pas photogénique et là on est sur de traîner ces photos avec honte pour le restant de nos jours.

Mais puisque nous sommes relativement tous logés à la même enseigne - et de toute façon on maudit la nana du deuxième rang, super mignonne, sans problème ni de dents ni de vue - une fois passée la gêne devant les potes et le possible amour de notre vie, on est le premier à rire de ces clichés qui finalement, avec le temps, nous rendent nostalgiques.

Le site américain Awkward Family Pictures propose depuis quelques temps des trésors, plus ou moins anciens, de photos de couples ou de familles. Nous ne sommes pas là pour nous moquer, non, mais ça ne fait pas de mal de sourire ! Voici une sélection de vingt clichés. Il y en a pour tous les goûts, du déguisement à la coupe de cheveux hard core sans oublier les faux pas vestimentaires. Lire le reste de cet article »

La Vache Qui Rit à la télévision

Lundi 26 avril 2010

Vendredi dernier, je vous ai longuement parlé de La Vache Qui Rit. Depuis sa création, en 1921, elle a bien évolué. D’un point de vue marketing, la fromagerie Bel a toujours cherché a avoir une visibilité importante, aussi bien auprès des enfants - via les buvards et les protèges cahiers publicitaires - mais aussi des adultes - en tant que sponsor du Tour de France, de la La Transat Jacques Vabre, de la Coupe d’Afrique des Nations de Football

La publicité a toujours joué un rôle important dans le succès et surtout la longévité du produit. Dans les années 50, La Vache Qui Rit a fait parler d’elle en parrainant des émissions de radio sur Radio Luxembourg (les Mots croisés de La vache qui rit®, La vache qui rit® au pays des animaux,…). Plus tard elle s’est associée - de 1989 à 1991 - au jeu télévisé Intervilles.

Au début des années 70, La Vache Qui Rit se met debout. C’est l’agence Norman, Craig & Kummel qui propose, pour la première fois, de la représenter en pied.

Plusieurs publicités papier ont marqué nos esprits. Certains visuels sont même encore utilisés de nos jour.

La marque La Vache Qui Rit vient de sortir une toute nouvelle publicité destinée à la télévision.Je vous propose de revenir aujourd’hui sur l’évolution des publicités de La Vache Qui Rit à la télévision. Lire le reste de cet article »

Les Pintades

Jeudi 22 avril 2010

La pintade est un oiseau de la famille des gallinacés. Mais d’un point de vue symbolique, la pintade représente, dans de nombreux pays, la femme émancipée.

C’est en se basant sur cette idée que deux journalistes françaises, Layla Demay et Laure Watrin, ont décidé de faire le portrait de la femme d’aujourd’hui, “légère et sérieuse, féminine et féministe”.

Parce que c’est un sujet qui intéresse et qui forcément, a été souvent traité, les deux jeunes femmes ont décidé de parler des femmes des grandes villes via l’intermédiaire d’un pseudo guide touristique. Pour résumer, elles se sont intéressées à une grande ville et à toutes ces personnalités qui la compose au travers de portraits, de bons plans, d’adresses…

Quelques mots sur les co-auteurs :

Layla Demay, la trentaine, est journaliste et maman. C’est en 1997 qu’elle décide de quitter la France pour s’installer à New York. Depuis, elle y travaille en tant que journaliste free-lance. Elle réalise, pour des émissions de télévision françaises - Des racines et des ailes, ARTE Info, Envoyé Spécial - des reportages sur la société américaine.

Laure Watrin, la trentaine, est journaliste et maman (jusque-là c’est pareil). Après avoir été reporter radio à RTL pendant 12 ans, elle est partie vivre quatre ans à New York.

C’est en toute logique que le premier ouvrage de la collection s’intitule Les Pintades à New York. Lire le reste de cet article »

Les bêtisiers des films Pixar

Mercredi 21 avril 2010

Je n’ai pas besoin de vous prouver par x+y au carré de l’hypoténuse du diamètre d’une boule d’un mètre cube à quel point les films Pixar sont incroyablement réussis. Ils plaisent à tous, aux enfants, les vrais et ceux qui sommeillent encore en nous et même aux grands-parents. Tout public, ils ciblent tous un thème différent : les jouets (Toy Story), les mondes marins (Le Monde de Nemo), les insectes (1001 pattes), les courses de voiture (Cars), les super-héros (Les Indestructibles), la gastronomie et les rongeurs (Ratatouille), les extra-terrestres (WALL-E), les rêves et la vieillesse (Là-haut)…

En plus de proposer des histoires originales illustrées par une 3D de qualité au rendu incroyable, les studios Pixar ont beaucoup d’humour.

En septembre dernier, je vous avais parlé des références que Pixar plaçait systématiquement dans ses films. Aujourd’hui, je veux vous parler d’une autre habitude des studios : les bêtisiers.

Afin d’offrir au spectateur encore plus de plaisir, Pixar a été le premier studio d’animation à proposer des séquences que l’on ne trouve que dans les films de fiction. Puisque le documentaire est tourné en prise directe, il n’y a pas de scène ratée. Et puisque les dessins-animés sont par définition des dessins, les dessinateurs ne dessinent que ce dont ils ont besoin pour le scénario.

Partant du principe que ça n’est pas parce que les acteurs ne sont pas réels, qu’ils n’ont pas le droit d’oublier leur texte, de trébucher… les studios ont réalisé des bonus. Lire le reste de cet article »

J’habite rue…

Dimanche 24 janvier 2010

Le nom des rues est très important. Toutes les villes ont des noms standard type rue du Général de Gaulle, rue de la Gare, rue de la Mairie etc. Après ce qui fait d’une rue qu’elle est spéciale à nos yeux c’est généralement parce qu’on y habite ou qu’on y attache une histoire particulière. Forcément, on ne connaît pas un tiers du quart des personnalités citées sur ces plaques. Au moins, on apprend en une ligne ou deux les caractéristiques de ceux qui étaient, il y a encore quelques jours, de parfaits inconnus pour nous.

Il y a des noms de rue particulièrement faciles à retenir car ce sont des noms communs, d’animaux, de fonctions… Parce que la plupart des rues existent depuis plusieurs siècles, les noms ne correspondent plus forcément à ce qu’on trouvait à l’époque de l’inauguration. Toujours est-il qu’on est tous, un jour ou l’autre, tombé sur des noms prêtant à rire. Ça n’est pas toujours drôle finalement, c’est plutôt l’association ou la situation qui rend la chose amusante.

Voilà donc une sélection de vingt panneaux, tous réels ! J’ai tenté, dans la mesure du possible, d’associer ces panneaux afin que mis bout à bout, ils soient tous liés par celui qui le précède ou qui le suit. Lire le reste de cet article »

La Bande Pas Dessinée

Jeudi 21 janvier 2010

Le concept même de la bande dessinée est un sujet propre aux polémiques. Toujours est-il qu’il faut choisir son camp à un moment ou à un autre alors je vais reprendre cette définition “ la bande dessinée constitue un mode de narration utilisant une succession d’images incluant, sous la forme de “bulles”, les réflexions, les sentiments ou les pensées des protagonistes “.

Bien évidemment, je parle d’une définition type ce qui signifie qu’il y a forcément des exemples qui ne rentrent pas dans le moule. Depuis sa création en 1830, nombreuses sont les tentatives d’expérimentations du 9ème art. Aux États-Unis, le genre a été popularisé grâce aux comic strip publiés quotidiennement dans la presse, ces très courtes BD de quelques cases seulement. Au Japon, un autre genre prend le dessus, le manga et sa structure qui lui est propre et qui ne ressemble en rien aux bandes dessinées destinées au public jeunesse d’Europe. On peut citer des dérivés comme les romans graphiques ou encore la bande dessinée muette - dont cet exemple version blog. L’un des exemples classiques est La Mouche de Lewis Trondheim. Il s’agit d’une succession de cases sans texte mais avec malgré tout une trame narrative. Lewis Trondheim aime expérimenter de nouvelles choses comme par exemple improviser une bande dessinée avec Lapinot et les carottes de Patagonie. Cet ouvrage de 500 pages, uniquement en noir et blanc, a été pensé au fur et à mesure de son écriture et non pas en amont. Mais je m’égare, revenons à nos moutons cases sans dialogues. Cette approche nous ouvre d’autres perspectives et nous prouve qu’il n’est pas toujours nécessaire d’utiliser des mots lorsque le dessin se suffit à lui-même. Lire le reste de cet article »