Articles taggés avec ‘Goûter’

Les Publicités des Kinder de fêtes et inédits

Lundi 8 mars 2010

Selon les pays, il existe une dizaine voir une vingtaine de Kinder différents. Je vous ai déjà parlé des Kinder classiques (Kinder Chocolat, Kinder Maxi, Kinder Surprise) ainsi que des dérivés, plus gros (Kinder Bueno, Kinder Délice, Kinder Country), les Kinder du rayon frais (Kinder Pingui, Kinder Maxi King, Kinder Choco Fresh…) ou encore les Kinder plus récents (Kinder Schoko-Bons, Kinder Joy). Aujourd’hui concluons ce chapitre gourmandise avec les produits saisonniers ainsi qu’avec ceux que nous n’avons pas (encore) en France.

En France, la plupart des fêtes catholiques sont accompagnées de chocolat. Ainsi Noël et Pâques sont les moments clés de l’année pour en vendre. Raison de plus pour que Kinder (Ferrero) propose une offre différente au moment de ces célébrations.

Depuis quelques années on trouve des Kinder Softy, sorte de mélange entre des Kinder Schoko-Bons et des Ferrero Rocher, un délice. Malheureusement, on n’en trouve pas tout le temps et il s’avère que je n’en ai pas vu à Noël dernier, espérons que le produit n’ait pas disparu. Réponse à Pâques.

C’est de cette façon qu’étaient apparus les Kinder Schokos-Bons. Le succès était tel qu’ils sont, depuis plusieurs années, commercialisés en continu.

Autre produit saisonnier, en toute logique, le calendrier de l’avent Kinder. Lire le reste de cet article »

Les publicités Kinder Joy, Schoko-Bons et Délice

Lundi 1 mars 2010

Trio gourmand aujourd’hui avec les publicités de trois produits complètement différents.

Du nouveau, du bon et de la valeur sûre, il y en a pour tous les goûts avec ces produits aussi variés qu’appréciés.

Ce qui est bien avec les Kinder c’est qu’ils utilisent toujours la même base pour leurs recettes et malgré ça, ils arrivent tout de même à proposer des gourmandises assez variées.

Kinder Joy

Voici le dernier né de la famille Kinder. En réalité, ce produit existe depuis plusieurs années - 2001 en Italie - mais il n’est arrivé que très récemment en France. Cet œuf Kinder est le second qui propose une surprise mais cette fois, pas de chocolat pour entourer l’œuf plastique mais deux coques distinctes, l’une contenant un jouet et l’autre, offrant une nouvelle expérience culinaire. Il s’agit de deux boules croustillantes trempées dans le mélange onctueux du lait et du chocolat, propre à Kinder. Mais puisque ça n’est pas aussi solide qu’un Kinder Surprise, une petite cuillère est livrée pour simplifier la dégustation.

En matière de publicité, l’Inde a accès la promotion de ce Kinder Joy sur le thème cher à Kinder (et en particulier Kinder Surprise) : la mère allant acheter une friandise pour ses enfants. Lire le reste de cet article »

Les publicités Kinder Country

Lundi 22 février 2010

Je dois avouer, et vous l’avez compris depuis longtemps, que j’adore les produits Kinder. Bien sûr, certains plus que d’autres. Et si je devais faire une liste, je mettrais le Kinder Country tout en bas. Je m’excuse par avance pour les fans mais je n’ai jamais été vraiment emballé par ce mélange de céréales.

Comme dans tous les Kinder il y a le lait et le chocolat mais cette fois, on trouve au centre un mélange comprenant entre autre de l’orge, du riz, du froment, de l’épeautre et du sarrasin. Cette barre chocolatée donne presque bonne conscience puisqu’elle apporte plein de bonnes choses.

Dès 1988, les enfants pouvaient l’emmener dans leurs cartables pour la récréation de 10h.

Le produit s’adresse à tous mais dans un premier temps, à sa sortie il y a plus de 20 ans, ce sont les écoliers qui étaient visés. Bien sûr, la maman partage toujours les kinder, histoire de montrer qu’il n’y a pas d’âge pour en manger? Lire le reste de cet article »

Les Publicités des Kinder “frais”

Lundi 8 février 2010

Encore des Kinder ? Mais oui mais c’est tellement bon ! Je suis persuadée qu’à force de vous marteler des publicités Kinder chaque semaine, vous êtes quelques un à avoir craqué au rayon friandises de votre supermarché ? Je me trompe ?

Mais là où ils sont encore plus fort chez Kinder, c’est qu’ils ont pensé à tout. Même si vous résistez, Kinder viendra tout de même à vous. Vous détourner la tête devant le rayon des sucreries, qu’importe, vous irez probablement traîner au rayon frais afin d’acheter quelques yaourts. Et c’est justement à cet endroit précis que vous tomberez nez à nez avec d’autres produits Kinder. Là encore, il y en a pour tous les goûts. Il existe pas moins de six variétés différentes mais trois seulement sont disponibles sur le marché français. Si vous voulez avoir une chance de goûter les autres douceurs du rayon frais, il vous faudra faire un saut en Belgique, en Allemagne ou encore en Italie.

Quoi qu’il en soit, j’ai encore trouvé plein de publicités, d’ici et d’ailleurs, afin de vous présenter toute la gamme. Pour le moment, pas besoin de vous déplacer, les Kinder viennent directement à vous. Lire le reste de cet article »

Nesquik

Vendredi 29 mai 2009

Parmi les adorateurs du chocolat chaud, chacun a sa préférence. C’est comme une religion : il y a les adorateurs du Poulain, du Banania, du Benco, du Van Houten… Bref, on a tous notre préférence. J’avoue que j’aime beaucoup le design des produits Banania et le principe des gros grains du Benco mais mon enfance a été bercée au Nesquik, c’est comme ça.

Après il y a les adeptes du chocolat mis au fond du bol avant le lait contre ceux qui fond chauffer (ou non) le lait avant d’ajouter la/les cuillère(s) de poudre ! Je ne vais pas faire ici une étude des différentes pratiques selon les sexes, les pays et les moments dans la journée où l’on boit du Nesquik. Je vais simplement m’intéresser au Nesquik que je buvais quand j’étais plus petite.

Ce chocolat en poudre est produit par le géant Nestlé. Il a été introduit aux U.S.A. en 1948 sous le terme Nestlé’s Quik. Il est apparu dans les années 50 en Europe sous l’appellation Nesquik. Depuis 1999, ce nom est utilisé pour tous les pays.

Depuis sa création, la marque a développé une multitude de produits. Ainsi, en plus de la poudre pour faire du chocolat au lait, Nestlé a diversifié le principe avec différents arômes (attention, cela n’existe pas/plus partout) : Banane, Cookies’n cream, Double Chocolat, Vanille, Miel, Crème Soda, Fraise, Framboise, Cassis… Lire le reste de cet article »

La Madeleine

Vendredi 3 avril 2009

Aujourd’hui on va parler de la madeleine. Alors je précise tout de suite que je n’évoquerai pas ici le théâtre de la Madeleine, la marque de vêtements Madeleine, la grotte de la Madeleine, les gorges de l’Ardèche, le livre d’Amanda Sthers, l’église de la Madeleine à Paris, le col de la Madeleine, la grand-mère de mon chéri, la chanson de Jacques Brel, la ville du Nord ou encore le culte de Marie-Madeleine. Non, non, non, rien de tout cela. Le vendredi on parle cuisine donc je vais vous parler de cette petite gourmandise du goûter. Enfin ce qui est bien avec la madeleine c’est que l’on peut la manger quand on veut, p’tit déj’, goûter, dessert et même maintenant en apéritif, c’est dire !

Concernant l’origine de ce petit gâteau, comme souvent, plusieurs hypothèses existent. La source la plus incertaine raconte qu’une fille nommée “Madelaine” aurait offert aux pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle, un gâteau aux œufs ayant cuit dans une coquille Saint-Jacques.

Quoi qu’il en soit, on trouve des traces de la madeleine vers 1755. Stanislas Leszczy?ski, roi de Pologne et duc de Lorraine, habitait alors dans sa résidence secondaire, le château de Commercy. Suite à une crise, son pâtissier claqua la porte, emportant avec lui le dessert qui devait être servi le soir même aux hôtes du duc. Bien embêté, celui-ci demanda à sa cuisinière, Madeleine Paulmier, de préparer une sucrerie. Elle adapta alors une recette qu’elle tenait de sa grand-mère, des petits gâteaux au ventre rebondi. Le roi apprécia tellement qu’il les renomma du nom de sa cuisinière. Lire le reste de cet article »