Articles taggés avec ‘Gourmandise’

La pièce montée de bonbons (pour un grand enfant de 1980)

Vendredi 11 juin 2010

La pièce montée de bonbons est l’une des choses qui fait aussi bien fantasmer les enfants que les grands. Parce que mon cher et tendre fêtait ses 30 ans, c’était le moment idéal pour marquer le coup et réaliser cette gourmandise.

Je sais que je ne suis pas la seule à avoir déjà bavé devant la vitrine d’un marchand de bonbons : brochettes de bonbons, pièces montées de bonbons… Et pourtant, je ne mange pas beaucoup de bonbons mais que voulez-vous, il est des choses dont on a irrésistiblement envie, juste une fois.

Parce que je suis joueuse, je me suis lancée dans l’aventure de ma première pièce montée de bonbons. En réalité ça n’est pas très compliqué, cela nécessite surtout pas mal de temps. Après, j’étais justement prise par le temps. Sachez donc qu’il s’agit d’une première tentative et qu’il est très facile d’être encore plus méticuleux afin qu’on ne voit plus du tout le socle et qu’aucun millimètre carré ne manque de sucreries.

Les photos ont été Lire le reste de cet article »

Chamallow and co.

Vendredi 7 mai 2010

Je vous avais parlé du test du chamallow, terrible expérience pour un enfant gourmand. Aujourd’hui intéressons-nous de plus près à cette sucrerie qui plaît tant.

En réalité, ce que l’on appelle chamallow ça n’est pas un bonbon mais une marque, déposée par Haribo. Cette gourmandise n’est en fait rien d’autre qu’une guimauve. Après, il existe plusieurs recettes et je suis d’accord pour dire que la guimauve que l’on trouve dans les oursons enrobés de chocolat n’a pas le même goût que les chamallows.

À l’origine, pour faire de la guimauve, on utilisait un extrait de la racine mucilagineuse de la guimauve officinale. En plus d’avoir le même effet que la gélatine, désormais utilisée dans les recettes, elle avait un pouvoir antitussif.

Ça n’est que depuis le XIXème siècle que les guimauves sont commercialisées. C’est en Amérique du Nord que la guimauve, appelée là-bas marshmallow, est la plus populaire. Le nom utilisé par Haribo, chamallow, découle tout simplement du mot anglais mais en réalité, la recette n’est pas exactement la même.

Pour préparer une quarantaine de “chamallows”, comme ceux que l’on trouve de nos jours en France, il vous faudra utiliser Lire le reste de cet article »

Le test du chamallow

Dimanche 28 février 2010

Êtes-vous du genre gourmand ? Êtes-vous surtout capable de résister face à des bonbons ?

Une étude réalisée à Cardiff - sur 17 500 enfants, aujourd’hui âgés de 40 ans - a soulevé l’un des problèmes que risque un enfant qui consommerait trop de sucreries. Excepté les problèmes dentaires évidents, il semblerait que manger trop de bonbons au quotidien pendant l’enfance aurait une incidence sur le niveau de violence que l’on atteint une fois adulte. En réalité, ça n’est pas le bonbon ou le chocolat en tant que tel qui est en cause mais l’idée que l’enfant associe à ce plaisir qu’il reçoit sans même attendre. Pour faire simple, c’est le fait que l’enfant ne puisse pas différer une gratification qui peut le conduire plus tard à être plus agressif et impulsif au moment d’une demande quelconque.

C’est là qu’intervient ” le test du chamallow “. Ce test réalisé par l’Université de Stanford dans les années 60 a permis de montrer qu’un enfant sachant patienter et résister à ses pulsions de gourmandise a plus de chances de réussir scolairement et socialement.

Pour ce faire, placez un enfant dans une salle, assis sur une chaise. Placez devant lui une assiette contenant un chamallow. Lire le reste de cet article »

Huuuum… Donuts !

Vendredi 19 février 2010

S’il est une gourmandise qui symbolise bien les États-Unis, c’est le donut (ou doughnut, c’est selon). En Amérique du Nord, on peut en acheter à tous les coins de rue. Cette pâtisserie est tellement populaire que les américains en ingurgiteraient quelques 10 milliards chaque année !

Avec 450kcal les 100g, il y a de quoi expliquer en partie le problème de surpoids dans le pays. Mais ça n’est pas parce que c’est cuit dans l’huile et roulé dans du sucre qu’il ne faut pas y goûter. Il ne faut pas non plus se priver de tout sous prétexte que c’est gras. Il suffit de rester raisonnable.

Cette pâtisserie est, en réalité, d’origine néerlandaise. Là-bas, ce qui s’en rapproche le plus s’appelle oliebol (boule dans l’huile) et on la trouve un peu partout au moment de la Saint-Sylvestre. Elle débarqua dans le nouveau monde en même temps que les immigrés issus de la Nouvelle-Amsterdam. Assez proche de l’aspect du beignet que l’on trouve en France, le donut n’en reste pas moins différent. Au Canada ils les nomment joliment “beignes”. J’en connais qui seraient contents, pour une fois, de s’en prendre une ! Mais ce qu’ils appellent “beignes à l’ancienne” diffère légèrement des donuts industriels vendus en masse. Pas de glaçage fondant mais un donut simplement roulé chaud dans le sucre et dégusté ensuite avec du thé ou un verre de lait.

Lire le reste de cet article »

La barbe à papa

Vendredi 22 mai 2009

Mais non, rassurez-vous, je ne vous parle pas de la pilosité de mon père mais bien de la confiserie qui colle aux doigts.

Je me souviens encore de ma première barbe à papa, c’était dans un parc d’attraction, on m’avait mis entre les mains ce drôle de coton géant. J’avoue que j’avais toujours été très curieuse de ce machin dont raffolait tous les enfants. Après avoir imité mes amies, j’ai attrapé un bout de cette substance bizarre et je l’ai flanqué dans ma bouche. Impression étrange… Mes doigts étaient collant et ce que je venais de poser sur ma langue avait fondu comme neige au soleil. Jusque là je ne comprenais pas trop pourquoi il y avait un tel engouement autour de ce truc.

Mais voilà, la première fois c’est toujours surprenant. Depuis, je sais apprécier une bonne barbe à papa. Peut être aussi parce que c’est une gourmandise extrêmement rare. Et puis c’est tellement magique de faire disparaître cette grosse boule de sucre en seulement quelques gouttes de salive. Le seul défaut ? Une fois terminée, nos mains sont comme recouvertes de glue et accrochent tout ce qui traine.

Mais qui a bien pu inventer cette sucrerie populaire devenue indissociable des fêtes foraines ? Lire le reste de cet article »