Articles taggés avec ‘ghost’

10 scènes d’amour revues par Ludéal

Mercredi 12 mai 2010

Ludéal est un chanteur français. Ludéal, c’est aussi le nom d’une pilule contraceptive mais ça, c’est une autre histoire.

Je sais qu’on est mercredi et que je suis censée vous parler de cinéma mais je vais y venir, n’ayez crainte.

Commençons par parler de Ludéal. Né à Drancy dans les années 70, le jeune Vincent ne grandit pas dans un milieu de mélomane. C’est par hasard qu’il découvre un jour, dans la maigre discothèque de son père, l’album News Of The World de Queen. Dans une interview accordée aux Inrocks, il explique : ” J’avais 12 ou 13 ans, j’ai senti un souffle dans cet album, quelque chose que je n’avais jamais entendu. J’ai bloqué sur ce disque qui me faisait un bien fou. Ça a été mon premier contact avec ce que pouvait m’apporter la musique : le réconfort, le transport dans un monde imaginaire.”

Mais on ne débarque pas comme ça dans le monde merveilleux de l’industrie musicale. En parallèle de boulots qu’il juge “alimentaires” - il est tour à tour maçon, libraire, postier - il compose, tout seul avec sa guitare, chez lui. Il se crée une culture musicale en écoutant The Cure, John Coltrane, Elvis Costello, Robert Wyatt… Alors qu’il est vendeur dans une boutique de disques dans les années 90, il découvre l’album Fantaisie militaire d’Alain Bashung. ” Pour la première fois, j’entendais quelque chose en français qui me bottait (…) j’ai appris à chanter avec Fantaisie militaire, cet album a été ma méthode Assimil. “. C’est à ce moment qu’il se dit qu’il veut vraiment devenir chanteur. Lire le reste de cet article »

Oscar du court-métrage d’animation

Mercredi 17 mars 2010

Aujourd’hui mercredi, jour des sorties, je vous propose une séance cinéma un peu particulière. Puisqu’il est plus facile de voir les longs-métrages, intéressons-nous aujourd’hui aux films plus courts. Pour être considéré comme des courts-métrages par le CNC, les films ne doivent pas excéder 59 minutes (45 minutes aux États-Unis). Mais le plus souvent, ils durent moins d’une demie-heure.

Quitte à regarder des réalisations moins connues, autant s’intéresser à la crème de la crème à savoir la sélection des court-métrages nommés aux Oscar. Et plus particulièrement ceux de la catégorie animation.

Au programme, cinq courts-métrages dont deux réalisés par des français, et oui c’était cocorico’s touch à Hollywood cette année.

Pour commencer et sans préférence aucune - même si j’ai beaucoup aimé - voici un film bien français.

• FRENCH ROAST (8′17) de Fabrice O. Joubert

L’action se déroule dans un café parisien, le style typique de la brasserie aux décorations Art Nouveau. Nous sommes dans les années 60, un homme d’une certain rang social boit son café tout en lisant le journal. Il demande l’addition… Lire le reste de cet article »

Maurice Jarre

Mardi 31 mars 2009

C’est souvent lorsqu’il est trop tard que l’on s’intéresse aux grands artistes. Maurice Jarre, célèbre compositeur, est décédé avant-hier des suites d’un cancer à l’âge de 84 ans.

Vous connaissez sûrement son nom mais il est plus que probable que vous connaissiez tous les grands thèmes qu’il a composés pour le cinéma, même sans avoir vu les films auxquels ils se rattachent.

Né à Lyon en 1924, Maurice Jarre ne s’intéresse que tardivement à la musique. C’est après avoir écouté la 2e Rhapsodie Hongroise de Liszt , interprété par Léopold Stokowski, qu’il comprend quelle est sa vocation. Devenu timbalier, il joue en duo avec le futur célèbre compositeur Pierre Boulez. Mais très vite, il s’oriente vers la composition. Durant douze ans il occupe le poste de directeur musical du Théâtre National Populaire.  Il composa, entre autre, le fameux air des trompettes qui est joué avant chaque représentation de théâtre au Palais des Papes d’Avignon, chaque été, lors du festival. C’est  aussi à cette époque qu’il commence à composer pour le cinéma. Tout d’abord pour les courts-métrages de Demy, Resnais, Franju. Très vite ce dernier lui demande d’illustrer musicalement son long-métrage La tête contre les murs. Il composera aussi pour Jean-Pierre Mocky - rencontré en tant qu’acteur sur le film de Franju - avant de partir s’installer aux États-Unis au début des années 60.

Je vous propose, à travers 10 œuvres, de retracer sa carrière de compositeur de musique de film. Lire le reste de cet article »