Articles taggés avec ‘érotique’

Fluide Glamour

Jeudi 6 mai 2010

Vous connaissez probablement Fluide glacial, le journal d’« Umour et bandessinées », créé le 1er avril 1975 - ça ne s’invente pas - par Alexis ainsi que le célèbre Gotlib. Ce maître spirituel a marqué les esprits depuis plus de trente ans avec ses Rubrique-à-brac, Hamster jovial, Gai-Luron, Superdupont ou encore Pervers pépère.

À l’origine, ce mensuel de bandes dessinées humoristiques décalées avait pour but premier d’offrir aux lecteurs les planches d’artistes en tout genre. L’ensemble ne contenant aucune publicité.

Avec le temps et les divers rachats, la direction à la tête du magazine a changé et la ligne éditorial par la même occasion. En 2003, Albert Algoud, plus connu pour ses sketchs sur Canal+, devient le rédacteur en chef. Les BD proposées sont un temps plus trash, tendance Hara-Kiri, le magazine co-fondé par le Professeur Choron. Puis, avec l’arrivée en 2005 de Thierry Tinlot, ancien rédacteur en chef du magazine Spirou, à la tête de Fluide Glacial , le mensuel tente une approche un peu plus enfantine.

Qu’importe les changements d’équipe, le journal continue à proposer des planches d’auteurs aussi variés que talentueux et les lecteurs suivent. Avec une moyenne de 70 000 exemplaires écoulés chaque moi (dont 15 000 abonnés), Fluide Glacial a encore un beau futur devant lui.

Chaque trimestre, le magazine propose un hors-série. Ce mois-ci, il revient avec un projet d’un genre nouveau. Si vous êtes une fille, que vous aimez l’humour de Fluide Glacial mais que vous appréciez aussi de lire des magazines féminins type Glamour, alors procurez-vous le premier numéro de Fluide Glamour.

Lire le reste de cet article »

La Joconde (ou Portrait de Mona Lisa)

Samedi 4 juillet 2009

Pas besoin de vous faire un tableau, vous voyez forcément de quoi je veux parler. La Joconde fait probablement partie des dix tableaux les plus connus dans le monde. C’est LE tableau que tous les visiteurs s’empressent d’aller voir “pour de vrai” quand ils sont de passage au Musée du Louvre, à Paris.

Le maître Léonard de Vinci aurait commencé ce tableau en 1502 et aurait mis pas moins de quatre années pour l’achever. De son vivant, il ne se serait d’ailleurs jamais séparé de cette toile, même en voyage !

Plusieurs questions restent sans réponse autour de ce tableau. Enfin pas tout à fait. Il existe des réponses mais elles ne conviennent pas toujours aux sceptiques qui préfèrent leurs théoriques rocambolesques.

Pourquoi ce portrait d’une jeune femme assise devant un paysage montagneux et brumeux intrigue-t-il autant ?

Concernant la femme qui est représentée, l’hypothèse la plus courante est qu’il s’agit de Lisa Del Giocondo dont l’époux aurait réclamé un tableau à Leonard de Vinci.

Mais la personne qui servait de modèle à Léonard de Vinci était-elle vraiment une femme ou bien se peut-il qu’il s’agisse d’un homme ? Certains pensent qu’il pourrait s’agir d’un autoportrait féminisé. Lire le reste de cet article »