Articles taggés avec ‘ed wood’

Semaine 7ème Art : Cinéma

Mercredi 19 août 2009

Ed Wood de Tim Burton - 1994

Comment parler du cinéma alors que vous êtes assis dans un cinéma à regarder un film ? Et bien en s’intéressant à une époque, un style ou même un réalisateur.

C’est ce dernier aspect que Tim Burton a choisi pour thème central de l’un de ses films.

Si je vous parle d’Edward D. Wood Junior, il est peu probable, en France, que l’on puisse citer l’un de ses films. Seuls certains passionnés de films dits de série Z sauront répondre.

Ed Woood aimait le cinéma, plus que tout. Mais malheureusement pour lui, il a été qualifié de « plus mauvais cinéaste de l’histoire du cinéma ».

Son autre passion concernait les habits féminins. Dès son plus jeune âge, sa mère lui faisait porter des tenues de petites filles si bien qu’il continua, même adulte. L’une de ses plus grandes fiertés, en dehors de son œuvre pour le 7ème art, vient du fait qu’il ait combattu au sein des Marines avec, sous son treillis, des dessous féminins de coton rose.

Cela n’a pas toujours influencé son travail de cinéaste mais ça a considérablement renforcé l’idée qu’il n’était pas un réalisateur “académique”. Ses échecs commerciaux le firent plonger dans l’alcool et la dépression. Lire le reste de cet article »

La réalité avant la fiction

Mercredi 29 juillet 2009

Bien souvent, il est écrit à la fin du générique d’un film ” toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite “. Ainsi, on peut se prendre à rêver ou craindre tel ou tel personnage, tout droit sorti de l’imaginaire d’un scénariste talentueux. Oui mais voilà, parfois c’est tout l’inverse. Pas que le scénariste soit mauvais, non. Simplement, le scénario est adapté d’un fait et de personnages réels. Lorsqu’il s’agit de raconter la vie de Jules César par exemple, il existe tout un tas d’ouvrages pour documenter l’écriture. Pour ce qui est de l’acteur engagé, il faut qu’il ait une ressemblance avec le personnage qu’il interprète. Bien évidemment le maquillage et les artifices en latex contribuent à la réussite de cet effet miroir.

Mais le challenge est encore plus important lorsqu’il s’agit de conter l’histoire d’un personnage du XXème siècle. Il reste toujours une partie de la famille proche voire même le principal intéressé. Dans ce cas, il est indispensable de dresser un portrait au plus proche de la réalité. Le fait de pouvoir rencontrer ces protagonistes ainsi que les témoins des évènements qui feront l’histoire du film, est capital. Bien que parfois, ça puisse rendre les choses plus complexes pour le comédien. Lire le reste de cet article »