Articles taggés avec ‘École des Beaux-Arts’

Roy Lichtenstein

Samedi 20 mars 2010

Lorsque l’on pense aux œuvres de Roy Lichtenstein, on a systématiquement en tête l’image de personnages voyants, façon comics et recouverts de points.

Une certaine légèreté semble transparaître de ses toiles qui pourtant sont assez subversives et surtout, pleines d’ironie. Mais d’où lui vient ce style et cet amour de la culture pop ?

Élevé à New-York dans une famille aisée, Roy Lichtenstein a eu une scolarité assez classique, profitant des vacances pour suivre des cours d’art dont ceux enseignés, en 1939, par la peintre Reginald Marsh à la Art Students League of New York.

Alors qu’il suit des cours à l’Université de l’État de l’Ohio (OSU), le jeune homme est appelé pour servir dans l’armée pendant trois ans. Envoyé en Europe pour participer à la Seconde Guerre Mondiale, il profita, dès que l’occasion se présentait, d’assister à des expositions à Londres et d’apprendre le français à Paris. Il n’en oublia pas pour autant le dessin qu’il pratiqua régulièrement.

À son retour aux États-Unis au tout début de l’année 1946, il reprend ses études et obtient en 1949 son diplôme des Beaux-Arts. La même année, il se marie et devient professeur. Il occupera ce poste épisodiquement pendant dix ans. En parallèle, il continue à créer ses propres œuvres. C’est en 1951, à l’âge de 28 ans, qu’il obtient sa première exposition exclusive (au Canada). Lire le reste de cet article »

Le Petit Prince

Jeudi 25 février 2010

Je n’ai pas la prétention aujourd’hui de vous faire découvrir un livre mais simplement de vous parler d’une histoire dont tout le monde a entendu parler. Parce que l’on connaît tous la fameuse phrase “Dessine-moi un mouton“, on ne sait pas forcément pour autant ce qui entoure la création et l’histoire de ce livre.

Et pour comprendre d’où vient ce récit, il faut déjà s’intéresser à l’histoire de son auteur, Antoine de Saint-Exupéry.

Très jeune, le petit Antoine perd son père mais malgré ce tragique incident, il vivra une enfance assez heureuse, entouré de ses quatre frères et sœurs. Mais c’est surtout de sa mère qu’il sera le plus proche. Elle lui apportera des valeurs qu’on retrouve tout au long de son œuvre littéraire, comme l’honnêteté et le respect pour autrui. Elle lui offrira surtout une éducation de qualité dans différents établissements. Si bien que très tôt, le jeune homme commence à rédiger des poèmes.

À l’âge de 12 ans, alors qu’il passe des vacances près d’un aérodrome, il s’y rend régulièrement à vélo et pose des centaines de questions aux mécaniciens. Un jour, profitant de la naïveté d’un pilote, il affirmera avoir l’autorisation de sa mère pour effectuer son baptême de l’air. Lire le reste de cet article »

Boulet

Jeudi 11 février 2010

Il existe un monde parallèle au 9ème art et c’est sur la toile qu’on y a accès. Je veux bien sûr parler des blogs BD. Je sais qu’il n’y a pas longtemps je vous ai parlé de la bande pas dessinée mais cette fois je m’intéresse à la BD plus “classique”, avec dessins, bulles et tout ce qui va avec.

Les américains ont des webcomics mais ce sont en réalité des bandes dessinées en ligne qui font parties d’une série, un peu comme les comic strip dans les journaux papiers. En France, lorsqu’on va faire un tour sur les blogs BD, on a surtout à faire à des planches ou juste des dessins qui reprennent l’actualité ou parlent d’anecdotes personnelles de l’auteur. C’est plus proche de l’idée du blog en général, simplement, ici, les mots sont accompagnés d’illustrations. Après, il s’agit là de définitions et par définition, une définition se définie aussi par ses exceptions. Bref, j’en ai fini de la théorie.

Les blogs BD qui sont les plus fréquentés, selon Wikio, sont L’actu en patate de Martin Vindberg, le blog collectif 30 jours de BD et Ma vie est tout à fait fascinante de Pénélope Bagieu, qui perd deux places faute de temps pour faire de nouveaux posts. Mais bon, le classement importe peu, ce qui compte c’est de vous parler de celui que j’adore en ce moment : Boulet. Lire le reste de cet article »