Articles taggés avec ‘bulles de bd’

Boulet

Jeudi 11 février 2010

Il existe un monde parallèle au 9ème art et c’est sur la toile qu’on y a accès. Je veux bien sûr parler des blogs BD. Je sais qu’il n’y a pas longtemps je vous ai parlé de la bande pas dessinée mais cette fois je m’intéresse à la BD plus “classique”, avec dessins, bulles et tout ce qui va avec.

Les américains ont des webcomics mais ce sont en réalité des bandes dessinées en ligne qui font parties d’une série, un peu comme les comic strip dans les journaux papiers. En France, lorsqu’on va faire un tour sur les blogs BD, on a surtout à faire à des planches ou juste des dessins qui reprennent l’actualité ou parlent d’anecdotes personnelles de l’auteur. C’est plus proche de l’idée du blog en général, simplement, ici, les mots sont accompagnés d’illustrations. Après, il s’agit là de définitions et par définition, une définition se définie aussi par ses exceptions. Bref, j’en ai fini de la théorie.

Les blogs BD qui sont les plus fréquentés, selon Wikio, sont L’actu en patate de Martin Vindberg, le blog collectif 30 jours de BD et Ma vie est tout à fait fascinante de Pénélope Bagieu, qui perd deux places faute de temps pour faire de nouveaux posts. Mais bon, le classement importe peu, ce qui compte c’est de vous parler de celui que j’adore en ce moment : Boulet. Lire le reste de cet article »

La Bande Pas Dessinée

Jeudi 21 janvier 2010

Le concept même de la bande dessinée est un sujet propre aux polémiques. Toujours est-il qu’il faut choisir son camp à un moment ou à un autre alors je vais reprendre cette définition “ la bande dessinée constitue un mode de narration utilisant une succession d’images incluant, sous la forme de “bulles”, les réflexions, les sentiments ou les pensées des protagonistes “.

Bien évidemment, je parle d’une définition type ce qui signifie qu’il y a forcément des exemples qui ne rentrent pas dans le moule. Depuis sa création en 1830, nombreuses sont les tentatives d’expérimentations du 9ème art. Aux États-Unis, le genre a été popularisé grâce aux comic strip publiés quotidiennement dans la presse, ces très courtes BD de quelques cases seulement. Au Japon, un autre genre prend le dessus, le manga et sa structure qui lui est propre et qui ne ressemble en rien aux bandes dessinées destinées au public jeunesse d’Europe. On peut citer des dérivés comme les romans graphiques ou encore la bande dessinée muette - dont cet exemple version blog. L’un des exemples classiques est La Mouche de Lewis Trondheim. Il s’agit d’une succession de cases sans texte mais avec malgré tout une trame narrative. Lewis Trondheim aime expérimenter de nouvelles choses comme par exemple improviser une bande dessinée avec Lapinot et les carottes de Patagonie. Cet ouvrage de 500 pages, uniquement en noir et blanc, a été pensé au fur et à mesure de son écriture et non pas en amont. Mais je m’égare, revenons à nos moutons cases sans dialogues. Cette approche nous ouvre d’autres perspectives et nous prouve qu’il n’est pas toujours nécessaire d’utiliser des mots lorsque le dessin se suffit à lui-même. Lire le reste de cet article »