Soirée Sushi à la Maison

Cela fait maintenant quelques années que des restaurants de sushis ouvrent à tous les coins de rue. La mode est tellement importante que le thon rouge n’a même plus le temps de se reproduire tranquillement. Ne nous attardons pas davantage sur les problèmes de pêches et intéressons-nous avant tout au contenu de notre assiette.

Les établissements se comptent par milliers sur l’ensemble du territoire mais soyons honnête, il est des régions de France où l’on doit faire plusieurs dizaines de kilomètres avant de croiser un restaurant japonais.

Si vous habitez loin d’une grande ville, bien trop loin pour vous faire livrer et que vous êtes un minimum intéressé, sachez qu’il est possible de préparer vous-même un repas de sushis.

Pas besoin d’être un grand cuistot pour faire quelque chose qui tient la route. Mais rien, malgré tout, ne remplacera un bon resto japonais. Voyez-vous, pour maîtriser l’art du sushi, il faut une formation pointue ainsi qu’une bonne dizaine d’années de pratique.

Rassurez-vous, rien ne vous empêche de tenter après une formation de dix minutes grâce aux vidéos mises en ligne qui expliquent les différentes techniques pour réaliser votre repas. Évitez juste d’inviter plein de monde ce jour-là étant donné le risque de raté - niveau présentation - et surtout le temps que cela nécessite à préparer.

Bien sûr, après deux ou trois essais, votre technique, je l’espère, sera quasi parfaite et vous ne passerez plus que quelques minutes pour préparer six sushis.

En aucun cas je ne prétends maîtriser l’art de préparer les sushis, sachez simplement qu’il est possible de les réaliser chez soi (la preuve avec ces photos) voilà pourquoi je vous donne quelques liens accessibles à tous sur le net. Pour parfaire cet art, je vous incite vivement à suivre une formation auprès de spécialistes.

L’accès aux cours s’est largement démocratisé grâce à cette mode des “sushis”. Retrouvez, sur le site Cuisine Japonaise, une liste des cours disponibles dans plusieurs capitales mondiales (Paris, Bruxelles, Londres…). Pour Paris, le magazine Wasabi propose des cours d’initiations pour les non professionnels. Le forfait à 150€ propose trois cours pour apprendre à maîtriser les bases, la préparation des sushis ainsi que des makis.

Je ne parle ici que des plats proposés dans les restaurants japonais que l’on trouve un peu partout. En réalité, les sushis sont peu mangés au Japon. La cuisine japonaise est davantage composée de plats à base de viande et de riz, d’omelettes, de soupes et de nouilles. Mais c’est un autre sujet.

Bref, pour les français, on trouve dans les restaurants japonais des assortiments de poisson cru préparés sous différentes formes - sushi, maki, sashimi, chirashi - ainsi que des brochettes de viande. Il y a toujours, servi par défaut, un bol de soupe miso et un de crudités.

C’est donc sur cette base que j’ai préparé mon repas, en me limitant cette fois aux sushis au saumon et aux brochettes de poulet et de bœuf/fromage.

Pour réaliser cette 1ère partie de repas, il faudra tout d’abord vous procurer du choux blanc. Il existe , pour aller plus vite, des sachets fraîcheurs comprenant du choux blanc râpé. Pour l’assaisonnement c’est selon votre goût personnel mais vous pouvez mélanger du vinaigre de riz à de la sauce soja avec un peu d’huile et de saké. L’ensemble étant agrémenté de graines de sésame. N’hésitez pas à ajouter quelques rondelles de concombre.

Concernant la soupe miso, ça n’est pas compliqué à préparer, à condition d’avoir les bons ingrédients mais j’ai préféré gagner du temps en testant la soupe miso toute prête. Je vous l’accorde, ça n’est pas aussi bon mais c’est pratique et pas si mal.

Ensuite, il faut s’attaquer au cœur du problème avec la préparation des sushis. Tout d’abord, il faut cuire le riz et le préparer avec le vinaigre de riz sucré. Le mélange vinaigre, sucre etc. existe en bouteille, déjà préparé.

Optez pour du riz spécial sushi et suivez les conseils de cuisson proposés par Amélie du site À Vos Baguettes.

Cuisez le bien en avance car il a besoin de refroidir avant d’être utilisé pour la préparation des sushis.

Pour le poisson, privilégiez le saumon et achetez-le le jour même en le conservant bien au frais. À la limite, vous pouvez utiliser du poisson surgelé mais n’achetez rien la veille au risque d’être malade. Femmes enceintes, évitez bien évidemment le poisson et la viande crue.

Pour couper le poisson et “monter” vos sushis, suivez les conseils de l’Atelier des chefs (sushis à partir de 1′11″) :

Les couteaux spécifiques à la découpe du poisson atteignent parfois des sommes astronomiques (245€). Sans investir à ce point, privilégier un couteau à lame lisse, bien coupant.

Surtout ne faites pas de trop gros sushis et rincez vous bien les mains entre chaque sushis sous peine de vous énerver très vite avec ce riz décidément trop collant !

Mais rassurez-vous, ça vaut le coup de se coller les doigts.

Les sushis sont toujours présentés accompagnés de gingembre mariné et de wasabi.

Pour la dégustation, à vous d’adapter la sauce en fonction de vos goûts, sauce salée ou sauce sucrée.

La sauce sur la photo de droite est à utiliser pour la préparation de la seconde partie du repas, les yakitori, ces brochettes de viande.

Il existe une grande quantité de variétés de brochettes, de même que pour les variétés de sushis selon le poisson utilisé. J’ai choisi les plus simples d’accès.

Pour réaliser les brochettes de poulet, il vous faudra des escalopes de poulet et de la sauce yakitori. Libre à vous d’ajouter, comme sur cette recette, des champignons frais et du poireau. Vous pouvez aussi bien les cuire au four qu’à la poêle ou sur un grill.

Pour les brochettes bœuf/fromage, il faut impérativement du carpaccio de bœuf, ces tranches très fine de viande crue. À vous de choisir le fromage de votre choix, ici de l’emmental, mais il faut impérativement qu’il fonde facilement.

Dans cette vidéo du site Les Délices de Baïa, la viande est cuite sur un barbecue électrique mais ça fonctionne tout autant à la poêle.

Contrairement à ce que j’ai fais, je vous conseille de faire mariner quelques temps le poulet dans la sauce.

Pour accompagner ce repas, je vous conseille le thé vert. Mais pour varier les plaisirs, il y a les bières japonaises comme l’Asahi. Sans alcool, mais frais, il existe tout un tas de jus et sodas japonais. J’avais opté pour une boisson à l’aloé vera. J’admets que c’est asiatique mais pas particulièrement japonais.

Si vous habitez loin d’un restaurant japonais, il y a fort à parier que vous ne pourrez pas facilement vous procurer ces produits. Voilà pourquoi je vous ai mis des liens qui renvoient sur le site Internet d’une épicerie japonaise, Satsuki. Et hop, courses livrées à domicile. Les recettes les plus classiques sont également disponibles sur ce site.

© Culture Confiture

Avosbaguettes, atelierdeschefs, baia60

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires pour “Soirée Sushi à la Maison”

  1. julie dit :

    hmmm j’en ai l’eau à la bouche!

  2. clarabella dit :

    Miam! bravo!

  3. Culture Confiture dit :

    @ julie et clarabella : n’est-ce pas ? :-)
    c’était plutôt pas mal en effet

  4. pierre dit :

    Jolies photos ça a l’air vraiment très bon, je vais organiser une soirée japonaise ça m’a donné l’idée.. en plus on peut tout trouver sur internet même les emballages http://www.monouso.fr/sushi-shop-362.

Laisser un commentaire