La Bibliothèque Rose

La Bibliothèque Rose fait partie de ces trésors du patrimoine qui ont accompagné des centaines de milliers d’enfants tout au long du XXème siècle. On repense tous avec émotion à ces livres et aux héros des histoires.

Cette collection éditée par Hachette existe depuis 154 ans et comprend plusieurs centaines de titres, généralement issus de séries.

Pour la petite histoire, Louis Hachette aurait eu l’idée de lancer cette collection suite à un voyage en train - l’inauguration de la ligne Paris-Strasbourg - en compagnie de Napoléon III et du comte de Ségur, président des Chemins de fer de l’Est. Ce dernier avait raconté que sa femme, la comtesse de Ségur donc, inventait sans cesse de nouvelles histoires pour divertir leurs enfants.

C’est tout naturellement que Louis Hachette se tourna vers elle au moment de publier le premier ouvrage de la collection. Il s’agissait du livre Nouveaux contes de fées. Elle publiera plus tard les célèbres ouvrages Les malheurs de Sophie, Mémoires d’un âne ou encore Les petites filles modèles. En tout, vingt ouvrages, un pour chacun de ses petits-enfants.

Les livres furent d’abord vendus dans les gares de la Compagnie des Chemins de fer de l’Est qui était en plein développement ce qui permit à la collection de prospérer assez vite et surtout durablement. Proposés à un tarif bon marché, les livres de la Bibliothèque des Chemins de Fer étaient classés en sept couleurs dont : rose pour les livres illustrés pour les enfants, crème pour la littérature française, jaune pour les littératures étrangères et rouge pour les guides de voyageurs. C’est à Louis Hachette, qui s’est lui-même inspiré des librairies W.H. Smith en Angleterre, que l’on doit les kiosques présents dans la plupart des gares françaises et qui s’appellent de nos jours Relay (H).

Au bout de quelques temps, Louis Hachette retira les livres “jeunesse” de la Bibliothèque des Chemins de Fer pour créer, en 1956, la collection de la Bibliothèque Rose Illustrée. Elle était vendue sous deux formes, la première à 2 francs étant brochée avec une couverture en papier. La seconde, à 3 francs, était plus chic, en percaline rouge et or.

Malgré les deux Guerres Mondiales et la difficulté de trouver des matériaux pour l’impression des livres, la Bibliothèque Rose n’a pas cessé. Elle a un temps remplacé le doré des couvertures par des fers argentés mais cela ne l’a pas empêché de continuer à enrichir son catalogue d’auteurs (Madeleine Du Genestoux,…).

En 1958, la Bibliothèque Rose Illustrée devient tout simplement la Bibliothèque Rose. Les couvertures sont désormais illustrées, les jaquettes sont plastifiées et la quatrième de couverture est rose et comprend un résumé de l’histoire. Cet élan de modernité vient renforcer la volonté d’inciter les enfants à lire par eux-mêmes. Depuis plus de 150 ans, la collection n’a eu qu’un but, donner goût à la lecture.

De nombreuses séries ont été créées : parmi les plus célèbres Le Club des Cinq (21 titres entre 1942 et 1963) et Oui-Oui (publié en France à partir de 1962, la série compte environ 45 titres), toutes deux écrites par la romancière britannique Enid Blyton, ainsi que Fantômette (52 titres depuis 1961) de Georges Chaulet.

À noter qu’en 1924, la Bibliothèque Verte a été créée afin de plaire davantage aux garçons. Mais dès la fin des années 40, cette collection est devenue “mixte”, le public concerné était simplement un peu plus âgé (à partir de 12 ans) que celui de la Bibliothèque Rose (6-12 ans). Cette collection comprend des auteurs ayant fait partie du fonds Hetzel, le plus célèbre étant Jules Verne.

Pour revenir à la Bibliothèque Rose, un tournant a eu lieu à partir des années 70 avec la novélisation des dessins animés - Dumbo, Blanche-Neige ou encore Rox et Rouky - et des séries télévisées qui passaient sur Récré A2 puis Le Club Dorothée - Candy, Goldorak, Inspecteur Gadget. Impossible à l’époque de scanner les illustrations si bien qu’elles ont toutes été refaites.

Après des difficultés rencontrées dans les années 80 et 90 à cause de la concurrence dans le monde de l’édition jeunesse, la Bibliothèque Rose retrouve son public au début du XXIème siècle en reprenant le principe de la novélisation. Cette fois ce sont des BD adaptées en dessin animé qui sont transposées de manière romancée : Titeuf (5 millions d’exemplaires depuis 2000), Cédric, Jugés plutôt masculins, ces titres sont complétés par des séries dites féminines comme Totally Spies, Charlotte aux Fraises, Princesse Academy.

J’avoue être un peu décontenancée par ce marketing qui, même s’il a l’avantage de faire lire les enfants, n’est plus vraiment authentique. Disons que c’est le dérivé d’un produit existant. Il n’y a plus l’authenticité des séries comme Fantômette (qui depuis a été adaptée en série télévisée, je sais).

Dans le but d’intéresser un perpétuel nouveau public - les enfants des anciens lecteurs des livres de la Bibliothèque Rose - les couvertures ont beaucoup évolué. Voici un exemple avec Fantômette.

Afin de célébrer les 150 ans de la Bibliothèque Rose, une exposition exceptionnelle avait eu lieu à la bibliothèque des Champs-Libres, à Rennes, entre le 19 décembre 2006 et le 31 mars 2007. De son côté, Hachette avait sorti un coffret anniversaire comprenant quatre romans issus des séries phares de la collection : Fantômette contre le Géant, Le Club des Cinq va camper, Les petites filles modèles, Oui-Oui chauffeur de taxi.

Dernière nouveauté, l’ancienne série Le Club des Cinq, l’un des piliers de la Bibliothèque Rose, est en train d’être adapté en dessin animé par Disney pour une série qui comprendra 26 épisodes. Je crains le pire puisque les personnages censés vivre dans l’Angleterre des années 40 seront plongés dans l’époque actuelle et auront des iPod et des ordinateurs portables. Alors oui, il faut vivre avec son temps mais est-il indispensable de transformer à ce point, de détruire carrément, de tels monuments auprès desquels nos parents, nos grands-parents et nous-mêmes avons grandi.

Si vous voulez revivre plus de 150 ans d’histoire de la Bibliothèque Rose alors plongez-vous dans La Saga de la Bibliothèque Rose, l’ouvrage d’Armelle Leroy, spécialiste en littérature jeunesse.

© Hachette Livre / La bibliothèque rose

tranches des livres, première édition, le club des 5, oui-oui, fantômette, fantômette 1-2-3, la saga

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 commentaires pour “La Bibliothèque Rose”

  1. doux-boussiron maryse dit :

    Presque aussi âgée que les livres de la Bibliothèque Rose, la gare de Bains les Bains/Le Clerjus (j’habite Bains) fêtera ses 150 ans en septembre 2013…. Créée pour des raisons identiques à celles de cette illustre collection, elle devrait voir son anniversaire marqué de manière exemplaire.
    Le rapprochement des deux créations pourrait être sympathique, d’autant que les bibliothèques du secteur seront probablement dans le coup ….
    Si donc des lecteurs de la Bibliothèque Rose ont des suggestions …. elles sont les bienvenues !

  2. Héléna dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce sympathique article (qui plus est, avec photos)!

    J’ai juste relevé une erreur :

    “Fantômette (52 titres depuis 1951) de Georges Chaulet.”

    C’est depuis 1961, et non 1951, que “Fantômette” paraît dans la Bibliothèque rose.

  3. Culture Confiture dit :

    @ Héléna : merci pour cette précision, j’ai effectué le changement !

  4. Lauri dit :

    merci pour cet article très intéressant. J’aime beaucoup les collection de la bibliothèque rose

  5. Matthias Second dit :

    Bonjour , je suis journaliste au 20h de France 2 et je commence une “enquête ” sur , comment ,tous les titres du club des 5 ont été réécrits . Je suis actuellement en pleine lecture de 4 volumes x2 , anciennes et nouvelles éditions , et je cherche un spécialiste de l’édition jeunesse pour m’expliquer cette nouvelle écriture .
    Cordialement :
    Matthias second .

  6. Aubin dit :

    Merci pour ces précisions.
    Une petite coquille au paragraphe 6 : lire 1856 (et non 1956).

Laisser un commentaire