Les amoureux du Pont des Arts

Paris, aaaah Paris, ville de lumière et surtout ville de l’amour. À l’étranger, le simple fait d’être français est un atout incroyable de séduction. Et lorsque l’on est amoureux, rien de tel qu’une escapade romantique à Paris.

Attention, il n’est pas indispensable d’être amoureux pour apprécier Paris mais soyons honnête, cette ville a tellement à offrir que les touristes trouveront toujours des choses nouvelles à découvrir. Reste malgré tout quelques “inévitables” : la Tour Eiffel, le musée du Louvre, Notre-Dame, le Sacré-Cœur ou encore les bords de Seine.

C’est justement au niveau de la Seine, en plein cœur de Paris, que se trouve l’un des lieux préférés des amoureux : le Pont des Arts.

Willy Ronis les a immortalisés en 1957 mais depuis, les amoureux n’ont jamais cessé de venir sur ce pont.

Avant d’en arriver au XXIème siècle, revenons sur l’histoire de ce pont.

Sous Napoléon, un chantier est lancé en 1801 par les ingénieurs Louis-Alexandre de Cessart et Jacques Dillon. Au programme, la construction du premier pont métallique (en fonte) de Paris, inspiré d’un projet anglais. Puisqu’il permet de rejoindre le Palais des Arts - nom du Musée du Louvre sous le Premier Empire - on le nomme tout simplement le Pont des Arts.

Lors de son inauguration, en 1804, le pont était une sorte de jardin suspendu sur lequel se trouvait des bancs et des arbustes. Le premier jour, 65 000 parisiens, moyennant finance, traversèrent ce pont.

Depuis, habitants et touristes l’utilisent, gratuitement bien sûr. Beaucoup d’artistes viennent s’y poser afin d’observer et parfois même représenter la ville, regardant d’un côté la Tour Eiffel et de l’autre, l’île de la Cité.

Mais après 173 ans, deux guerres et plusieurs accidents de péniches, le pont est interdit au public. Jugé trop fragile, il s’effondre en partie en 1979. Deux ans plus tard, la mairie de Paris confie sa reconstruction à l’architecte Louis Arretche. L’aspect reste le même mais deux arches sont supprimées afin de s’aligner avec le pont voisin, le célèbre Pont Neuf. On n’y trouve plus de plantes vertes depuis bien longtemps.

Depuis 1984, le Pont des Arts relie à nouveau l’Institut de France à la cour carrée du palais du Louvre.

Avec l’arrivée des beaux jours, les parisiens sont nombreux à venir sur ce pont, le temps d’un pique-nique ou simplement d’un apéro en plein air (les balcons et les jardins privés ne sont pas monnaie courante ici). Dans les années 90, le dîner en blanc a même eu lieu sur le Pont des Arts. 1 200 convives étaient présents.

Il arrive également que des expositions en plein air aient lieu sur le pont. L’une des plus marquantes date de 1999 avec les sculptures géantes de l’artiste Ousmane Sow.

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est le lien qui associe les amoureux au Pont des Arts. Depuis 2008 environ, certains couples ont pris l’habitude d’accrocher sur le pont un cadenas sur lequel est noté deux noms ou des initiales ainsi qu’une date. Pourquoi ce pont en particulier ? Tout simplement parce qu’un grillage fin est fixé le long des 156 mètres de rambardes, permettant ainsi d’y fixer de petits cadenas.

Depuis plus de deux ans donc, des amoureux par centaines sont venus “sceller” - symboliquement - leur amour sur l’un des plus beaux ponts de Paris. Plus de 1 600 cadenas ont été dénombrés, toutes nationalités confondues.

Malheureusement, la municipalité s’intéresse davantage à la préservation du patrimoine qu’au romantisme des touristes. Résultat, ils envisagent sérieusement d’enlever tous les cadenas afin de redonner à Paris son aspect de ville de lumières. Parce que le Pont des Arts commence à afficher complet, certains touristes déposent leurs cadenas sur le Pont de l’Évêché ainsi que sur la Passerelle Léopold-Senghor.

Parce qu’ils ont bien flairé la tendance, les vendeurs de marrons, de porte-clés Tour Eiffel et de parapluies proposent désormais des cadenas pour environ 5€ (ici en Italie).

C’est en 2006 qu’un buzz a eu lieu en Italie suite à la publication du roman Ho Voglia DI TE (J’ai envie de toi) de Federico Moccia. L’auteur y raconte l’histoire d’amour entre Step et Gin qui, à un moment, vont accrocher un cadenas gravé de leurs deux noms au troisième lampadaire du pont Milvio de Rome, jetant ensuite la clé dans le Tibre avant de s’embrasser.

Le livre a été adapté sur grand écran. On aperçoit cette scène à la 50ème seconde de la bande-annonce.

Depuis, les lampadaires du pont Milvio sont entièrement recouverts de cadenas.

Les Italiens ont continué cette nouvelle tradition sur le pont Vecchio de Florence. Mais la municipalité ne l’a  pas entendu de cette oreille et a décidé d’interdire cette pratique. Désormais, toute personne qui y dépose un cadenas risque une amende.

Cette tradition n’est pas nouvelle et encore moins italienne. Il est difficile d’en situer l’origine mais disons que depuis très longtemps, les mariés russes déposent un cadenas sur un pont afin de symboliser leur amour scellé à jamais.

A Moscou, le pont Luzhkov devenait tellement encombré de cadenas que des arbres métalliques ont été installés afin de pouvoir continuer à recevoir des cadenas.

(au moment de l’installation - maintenant)

La municipalité de Paris a parlé d’une solution de remplacement qui se rapprocherait de celle mise en place à Moscou.

Pas besoin d’être dans une grande ville pour déposer son cadenas d’amour mais sachez que si vous cherchez les ponts les plus fréquemment utilisés, il y en a un peu partout dans le monde : à Tomsk, sur le pont sur l’Ouchaïka, à Kaliningrad (Russie), à Riga (Lettonie), à Kiev (Ukraine), à Vilnius (Lituanie), en Estonie, sur le pont Girevole de Tarente (Italie) mais également à Vérone, Venise, Bruxelles et plus étonnant encore, sur la grande muraille de Chine ! Vous me direz, la muraille est plutôt faite de pierre, comment peut-on y accrocher des cadenas ? Tout simplement en les fixant, comme sur les lampadaires du pont Milvio à Rome, sur des chaînes.

Maintenant que vous avez choisi votre destination, il ne vous reste plus qu’à trouver le cadenas idéal !

© cadenas cœur, photo ancienne, photo récente, cadenas en vrac, français, anglais, asiatique, MassimilianoM, lampadaire, mariés, arbre vide, arbre plein, muraille de chine, lovelock

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires pour “Les amoureux du Pont des Arts”

  1. julie dit :

    au fait tu avais entendu parler de ça: une nuit pas mal (voire tous?!) des cadenas apposés ont disparu du pont des arts :-O l

  2. julie dit :

    http://www.leparisien.fr/paris-75/pont-des-arts-les-cadenas-d-amour-ont-disparu-12-05-2010-918550.php

    (et ce pile quand tu en as parlé ici même ;-) )

  3. Culture Confiture dit :

    @ julie : ouais c’est probablement la municipalité. ça revient au fur et à mesure mais si c’est à nouveau remplis, y aura une nouvelle “disparition”. J’en ai vu un sur la Tour Eiffel l’autre jour mais à mon avis, ça ne reste même pas jusqu’au lendemain sur ce genre de lieux.

  4. Lalou dit :

    Super article sur le pont des amoureux, pour tout les amoureux j’ai trouvé LE cadenas hyper original, y a 32 stickers avec un stylo indélébile, allez voir ca vaut vraiment le coup : http://boutique.locksigns.com/ !!!

Laisser un commentaire