En l’an 2000…

Je vous rassure, ce titre n’illustre pas des signes précoces d’Alzheimer, non, je ne cherche pas à vous parler du passé mais bien du futur. Puisque nous sommes en 2010, vous allez me dire que j’ai quelques neurones grillés et qu’il serait temps de faire la révision des 10 000 kilomètres. Que nenni.

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’an 2000. Pas de ce qu’il s’est produit puisqu’il s’agirait de parler du passé. Mais bien de ce que l’on pensait qu’il allait arriver. Finalement, la Terre ne s’est pas arrêtée de tourner le 31 décembre 1999, à 23h59. Pas de vrai bug informatique non plus… Aaaah, déception ! Les seuls à avoir eu l’air idiot dans l’histoire, ce sont les boutiques Optic 2000 et autres du genre. Et certains, pensant avoir l’air moins bêtes, on fait pire en nommant leur magasin, par exemple, depann’ 3000.

Toujours est-il qu’au début du XXème siècle, la population imaginait ce que serait l’an 2000. Quand j’étais petite, dans les années 80, j’avais une vision tout droit sortie des films de science-fiction dans lesquels les gens portaient des habits argentés et vivaient sur d’autres planètes. On en est loin, quoi que… C’est sans compter sur les leggings argentés et les tenues extravagantes de Lady Gaga. Malgré ces exceptions, on se rend compte qu’une fois dans le futur - enfin le présent mais c’est ce qu’on considérait comme étant le futur pendant très longtemps - on est loin de nos fantasmes les plus fous.

Voici des images dessinées au début du XXème siècle, entre 1910 et 1930, qui illustrent la vision qu’avait les gens de l’époque de notre époque actuelle. Il y en a des illustrateur Villemard (exposition à la BNF), Albert Robida, Jean Bastié… D’autres sont d’origine allemande. Elles se trouvaient dans les tablettes de chocolat HildeBrands.

Le plus rigolo c’est qu’outre le fait d’imaginer des inventions incroyables, la population a l’air tout droit sortie du début du XXème siècle. Les tenues ne semblent pas vouées à évoluer.

Voici ce que nos ancêtres ont imaginé et qui s’est révélé (relativement) vrai :

L’idée de diffusion des informations est très importante, ce qu’on lit, voit au théâtre,… serait possible directement chez soi et via un autre support.

Une missive sur phonographe = le message sur répondeur téléphonique

Écouter les informations “papier” = la radio

La retransmission du théâtre en direct (le son est séparé de l’image) = Retransmission en direct à la télévision

Voir bouger quelqu’un qui a été filmé, l’entendre = le cinéma

Dicter et enregistrer des informations = le dictaphone

Le dîner chimique = la cuisine moléculaire

Modifier le temps qu’il fait = l’ensemencement des nuages

Le chauffage au radium = Le chauffage électrique (moins dangereux que le radium qui est radioactif)

Les patins à roulettes électriques = trottinette électrique (et même sans moteur, les rollers ont été bien amélioré)

La surveillance dans les airs = hélicoptères de la gendarmerie

Le sauvetage en mer par la voie des airs = les hélicoptères des sauveteurs en mer

Les sous-marins de croisière = Les hublots dans les coques des bateaux

Le voyage au long cours dans les airs = les vols long courrier

Un bateau sur rail = Le tunnel sous la Manche (même si je ne vois pas l’intérêt que peut avoir un bateau sur rail, cela fait référence à un mix entre un train et un bateau, ce qui fait penser à notre Eurostar)

Partir en vacances au pôle nord = Peu courant mais désormais possible grâce à certaines agences comme Grand Nord Grand Large

Des militaires en vadrouille à deux roues : motards de la gendarmerie (je ne sais pas vraiment s’il s’agit de gendarmes, de pompiers, de soldats mais cela semble lié à la surveillance)

Les voitures de guerre = chars de combat

Terminons par le plus improbable car cela ne semble pas lié à une invention mais bien à un simple savoir-vivre : Parler avec son/sa concierge

Ce que l’on retrouve le plus souvent et qui n’est toujours pas possible - hors expérimentations - ce sont les engins qui permettent de se déplacer en volant, seul ou à deux, un peu partout et même en pleine ville. Avenue de l’Opéra à Paris (représentée ci-dessous), il n’y a toujours pas d’avion mais bien des voitures et des piétons.

Les arrestations ne se font pas encore dans les airs.

Les pompiers utilisent encore des échelles

Les cours de tennis ne sont pas dans les airs.

Et les festivals de fleurs ont toujours lieux au sol, dans des jardins.

L’idée de voyager facilement est également l’un des fantasmes de l’époque. Les trains existent mais il ne permettent pas de traverser le globe. Certains ont pensé qu’un jour, un train ferait la liaison entre Paris et Pékin. C’est possible mais avec plusieurs escales : Paris-Berlin puis Berlin-Moscou et enfin, via le transsibérien, Moscou jusqu’à Pékin. Mais pour éviter de passer une semaine dans les transports, il existe un moyen plus simple : l’avion. Il permet de rejoindre Pékin en seulement 11h30 (à partir de 417€).

De même, les trains devaient permettre de transporter les habitations. C’est encore de l’ordre du fantasme mais sachez tout de même que vous pouvez faire voyager votre voiture en train.

Les trottoirs mouvant font penser aux escalators et aux tapis roulants mais le principe n’est quand même pas exactement le même.

En l’an 2000, les gens n’ont toujours pas les dons de Jésus et personne ne marche sur l’eau. À part peut-être le magicien Criss Angel

Ce qui n’est pas encore vrai, ce sont les services à la personne automatisés : barbier, tailleur, esthéticienne…

De même que la construction des bâtiments.

Le bourrage de crâne ne se fait pas de cette manière. Les parents ont plutôt recours, en dehors de l’école, à la télévision pour remplir l’esprit de leurs chères têtes blondes. Pas certaine qu’ils y gagnent au change…

Les policiers ne peuvent pas voir les brigands à travers les murs, non, seul Superman (Clark Kent), a des yeux comme des rayons X. Et même ça c’est de la fiction alors.

Le toit sur la ville pourrait plaire à certains mais ça risquerait de sentir le moisi. Le seul cas de faux ciel et de soleil artificiel au-dessus d’une ville vient du film The Truman Show.


Pour la maison, les ingénieurs ont toujours cherché à inventer des fonctionnalités nouvelles qui facilitent la vie. Tout est robotisé et télécommandé. Pour une fois, nous ne sommes pas uniquement dans le fantasme mais bien dans la technologie.

Un article de 1959 expliquait ce qu’allait être la vie des ménagères 41 ans plus tard.

Voici quelques extraits :

Décidément, il n’y a pas lieu de regretter cette installation assez coûteuse du toit de tuiles, qui permet de capter l’énergie solaire. Plus de notes à payer. Chauffage, éclairage, réfrigérateurs, appareils ménagers de toutes sortes, radio, etc. tout marche aux fruits du soleil. Les batteries des accumulateurs se chargent automatiquement, pour une durée illimitée.

(Elle) pénètre dans la cuisine, dont la porte s’ouvre, tout naturellement à son approche.

Dans la pièce d’eau, contiguë, des barres aimantées retiennent les serviettes et les sèchent.

Le bouton sur lequel il a appuyé fait surgir un écran de télévision et il s’empare d’un petit anneau qui lui permettra d’être seul, à entendre les sonorités.

Flèche et son mari sont très absorbés par ce projet de pique-nique, dont ils discutent avec des amis à leur poste d’inter-téléphone télévisé.

(…) l’autre avec son petit poste émetteur de poche converse avec un camarade.

Quelques bonnes idées ont été imaginées mais sont malheureusement infaisable à l’heure actuelle. J’aime surtout celle-ci :

La volte face saisonnières des matelas est de rigueur : elle donne une petite impulsion à la manette qui est au pied du lit et ceux-ci exécutent une pirouette impeccable, tandis que les draps aspirés en l’air se gonflent puis retombent, ils sont conçus de telle sorte qu’ils suffisent, quelle que soit la température.

Par contre, l’idée d’emballer les fruits dans des feuilles de cellophane radioactive, (pour qu’) elles (restent) aussi fraîches qu’au jour de la cueillette, c’est plutôt à éviter !

Voici, vingt ans plus tard, un reportage en image de la maison de l’an 2000 :

retrouver ce média sur www.ina.fr

Les modes de transport, par contre, ont été davantage fantasmés. L’idée de se déplacer en volant étant la plus courante. Que l’on ait vécu en 1901 ou en 1960, l’idée est assez semblable. La première image fait penser à l’univers du film Le 5ème élément de Luc Besson.

Avec le temps, les constructeurs ont misé sur la miniaturisation. Voici comment, en 1971, on imaginait la voiture de l’an 2000. On y trouve les prémices de ce qui allait devenir plus tard, la Smart.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Maintenant que nous avons passé l’an 2000 et que nous vivons au 3ème millénaire, voici quelques conclusions d’observations :

- On ne peut pas encore voler tout seul mais on peut surfer partout dans le monde, sans planche de surf ni océan.

- On peut aussi prendre des photos par centaines sans payer les pellicules ni s’encombrer avec des albums très lourds.

- On peut lire un livre sur une tablette électronique sans qu’aucun arbre n’ait été coupé ni qu’aucune goûte d’encre n’ait été versée.

- On peut téléphoner d’un peu partout, que l’on soit au milieu d’un champs, dans une cabine d’essayage ou même au rayon des yaourts.

La liste est longue et des nouveautés verront le jour dans les mois, les années à venir. Puisque tout le monde ne s’appelle pas Madame Soleil, nous continuerons à imaginer ce que pourrait être le futur. Et même si certaines choses n’arriveront jamais, cela donne au moins de bonnes bases pour écrire des romans de science-fiction.

Si vous aimez ce genre d’idées plus ou moins saugrenues, je vous conseille plusieurs lectures :

- L’an 2000 vu par nos Grands-Pères de Guillemette Racine

- Les ouvrages d’Albert Robida : The Twentieth Century, Robida, Le vingtième siècle. La vie électrique.

- Voyages très extraordinaire dans le Paris d’Albert Robida

- Paris en l’an 2000 de Jean Bastié

© Villemard, 1910 - Chromolithographie Paris, BNF, Estampes, HildeBrands Schokolade, Robida, L’an 2000, bastié, paleofuture, tuxboard, article maison 2000, INA, Collier’s, voiture 80’s, Gizmodo

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires pour “En l’an 2000…”

  1. Dim dit :

    Finalement même en 1980 la vision de l’an 2000 était complètement à coté de la plaque, il suffit de voir K2000 ou l’homme qui valait 3 milliards.

    Ce serait drôle aussi de faire l’inverse et de voir dans les auteurs de SF ceux qui avaient vu juste…

  2. Culture Confiture dit :

    @ Dim : Je me demande à partir de quelle année les gens ont réalisé que l’an 2000 ne serait pas “futuriste”. Quand est-ce qu’ils se sont dis que les avancées technologiques ne seraient pas suffisante pour voler, voir à travers les murs,…

    Lorsqu’Orwell a écrit “1984″, il imaginait la vie 36 ans plus tard. Là encore, il était un peu en avance sur certaines choses

  3. Elec'store dit :

    Excellent article ! C’est amusant de voir que si on n’a pas encore la voiture volante, on a tout de même fait de beaux progrès en quelques décennies.

  4. Hiro dit :

    Super article, j’adore ces images que j’avais vu à Disney des villes américaines… elles seraient à rajouter à ton post

Laisser un commentaire