La Vache Qui Rit

Tout le monde connait La Vache Qui Rit®, tout le monde en a mangé et pourtant, on se sait toujours pas pourquoi La Vache Qui Rit, rit ? Puisque ce problème n’a toujours pas été résolu en 87 ans, je ne vais pas tenter de répondre à cette question existentielle, non. Par contre, je peux vous raconter l’histoire de ce fromage un peu particulier, sans grand intérêt et pourtant apprécié partout dans le monde.

La France est connu pour être le pays du fromage et pourtant, tout ce que les étrangers connaissent de nos fromages, dans leur pays (hors Europe), ce sont le camembert et La Vache Qui Rit ! C’est assez limité mais bon, c’est déjà ça.

Il était une fois, dans un petit village du Jura, un certain Jules Bel, jeune homme plein d’ambition voulant devenir affineur et négociant en Comté. Nous sommes en 1865, à Orgelet. Avec le temps, l’entreprise familiale rencontrant pas mal de succès, Jules Bel décida de déménager à une vingtaine de kilomètres, à Lons-Le-Saunier. Après une quarantaine d’années de bons et loyaux services, il rendit son tablier et transmit son patrimoine gastronomique à ses deux fils, Henri et Léon. Suite à sa mobilisation durant la Première Guerre Mondiale, Léon rentra dans le Jura avec la ferme intention de créer un nouveau produit. Parce qu’à cette époque, une grande campagne incitait la population à manger des produits laitiers pour éviter les carences en calcium, il chercha à proposer un produit qui puisse plaire à tous, qui soit économique, simple à transporter et à manger. Ainsi germa dans son esprit l’idée de fabriquer un fromage fondu, vendu en portions.

Pour créer ce qui allait devenir la célèbre Vache Qui Rit, il fit appel au savoir des suisses Graf. Ce fromage fondu est un mélange de comté ainsi que d’emmental et de cheddar. Pour la fonte des fromages, une nouvelle technique est utilisée. Après avoir mis le mélange dans des malaxeurs chauffants, Léon Bel y ajouta des sels de fonte qui servent à homogénéiser matières grasses et protéines d’un fromage fondu. L’énorme intérêt de ce fromage, c’est qu’il n’a pas besoin d’être conservé dans le froid.

Mais créer un fromage n’était pas suffisant. Encore fallait-il le vendre. Le contenant étant aussi important que le contenu, il fallut trouver d’autres idées ingénieuses pour le conditionnement. Les fromages devaient facilement se transporter, il était donc important d’avoir des portions assez petites. Lorsque Léon Bel entendit parler de l’invention d’Yves Pin, il acheta son brevet. Alors que la petite languette rouge avait été créée, à la base, pour faciliter l’ouverture des enveloppes, elle se retrouva sur les boîtes de La Vache Qui Rit.

Mais pour les réunir, rien de tel qu’une boîte ronde qui symbolise la plupart des fromages. Mais quelle étiquette mettre sur cette boîte ? Retournons quelques années en arrière, lorsque Léon Bel était mobilisé. Dans son unité se trouvait l’illustrateur Benjamin Rabier. Ce dernier avait décoré les camions de transport de viande fraîche. On pouvait y voir une caricature des “Walkyries” allemandes sous la forme d’une vache nommée la “Wachkyrie”.

Se souvenant de ce dessin, il décida de choisir une vache pour représenter son fromage. Quoi de mieux qu’une vache puisqu’elle est à l’origine du fromage. Mais pour donner envie aux consommateurs, petits et grands, il fallait un visuel sympathique. Il dessina alors une vache souriante.

Le 16 Avril 1921, Léon Bel déposa la marque La Vache Qui Rit®. Sa commercialisation démarra en 1923. À cette époque, la plupart des fromageries étaient artisanales. La fromagerie Bel était l’une des seules en France à être industrielle.

Très peu de temps après, Léon Bel décida de changer l’aspect de sa vache. Il fit alors appel à celui qui l’avait inspiré, Benjamin Rabier. C’est donc l’illustrateur qui a créé la célèbre vache rouge telle qu’on la connaît aujourd’hui (ou presque). L’épouse de Léon, Anne-Marie Mercier, eu l’idée de faire porter des boucles d’oreille à la vache. Un peu particulières, ces boucles sont des boîtes de fromage de La Vache Qui Rit ce qui offre une mise en abyme dans le visuel. L’un dans l’autre, La Vache Qui Rit avait tous les accessoires pour devenir une véritable star.

La voici en 1930, sur une boîte un peu particulière puisqu’elle ne contient que trois portions.

Parce que très vite les gens ont compris tous les points positifs d’un tel fromage (portion, pas au frais, économique…) de nombreux concurrents virent le jour. Du plus proche “la vache qui lit” au plus décalé “le singe qui rit” en passant par “la vache savante” ou encore les vaches de couleurs comme “la vache bleue”, “la vache verte”, le plus sérieux concurrent de La Vache Qui Rit était “La Vache Sérieuse”.

Mise en vente en 1926 par la société Grosjean, également installée à Lons-le-Saunier, cette marque portait préjudice, selon Léon Bel, à sa création originale. Le slogan était directement une attaque : « Le rire est le propre de l’homme ! Le sérieux celui de la vache ! La vache sérieuse. On la trouve dans les maisons sérieuses ». Après cinq années de poursuites judiciaires, la Cour d’Appel de Paris a interdit à la société Grosjean d’exploiter, à partir de mars 1959, “La Vache sérieuse”.

Très tôt Léon Bel a compris qu’il était important que la marque soit dans tous les esprits. Ainsi, dès 1933, La Vache Qui Rit devient l’un des sponsors officiels du Tour de France. Puis dans les années 50, la marque arrive dans les école via les buvards et les protèges cahiers. La publicité papier a également joué un rôle important et c’est en 1971 qu’on voit, pour la première fois, les “pieds” de La Vache Qui Rit. On doit cette série de publicités à Jacques Parnel.

Et puis, avec le temps, La Vache Qui Rit a développé d’autres produits comme les Pik & Croq’ ou encore les tranches de fromages à faire fondre, Toastinette.

Quoi qu’il en soit, La Vache Qui Rit est le quatrième fromage le plus vendu dans le monde. Selon la fromagerie Bel, 125 portions seraient mangées chaque seconde, dans le monde. Le temps d’écrire cette phrase, plus de 500 portions ont été mangé. Cela représente un total de 10,8 millions de portions par jour.

Et puis surtout, on le trouve dans pas moins de 120 pays, sur tous les continents ! Dès 1921, Léon Bel avait flairé le possibilité d’une vente à l’étranger en déposant le nom de la marque dans sa traduction anglaise, The Laughing Cow.

Voici une liste non exhaustive de La Vache Qui Rit à l’étranger, avec étiquettes à l’appui.

??????? ??????? en Russie, Den Skrattande Kon en Suède, Den leende ko au Danemark, The Laughing Cow dans les pays anglophones, Die lachende Kuh en Allemagne, De lachende koe aux Pays-Bas, Gülen ?nek en Turquie, Veselá Kráva en République tchèque et en Slovaquie, Vaca care râde en Roumanie, Krowka Smieszka en Pologne, La vaca que ríe en Espagne, A vaca que ri au Portugal, ? ??????? ??? ???? en Grèce, ????? ???????? dans les pays arabes, Con bò c??i au Viêt Nam, ??? en Chine, ??????? au Japon, Ilay omby vavy mifaly à Madagascar,…

Selon les pays, la fromagerie Bel a adapté les fromages en fonction des usages de leurs cultures. Aux États-Unis, La Vache Qui Rit est vendue en version allégée tandis qu’en Grande-Bretagne, elle comprend plus d’Oméga 3. Au Moyen-Orient, les portions comportent plus de calcium. Au Maroc on la trouve à la crème de fromage rouge (l’équivalent du Babybel ?) et en Algérie, elle est vendue en plaquette de 100 grammes car elle sert à cuisiner les plats. Les Tchèques ont droit à des portions aromatisées au paprika, au jambon

Dans sa version d’origine, en portion, La Vache Qui Rit peut être utilisée en cuisine de bien des manières. Il existe des produits déjà prêt comme la Douceur de Courgettes à La Vache Qui Rit de Knorr. Mais vous pouvez aussi cuisiner vous même ce velouté crémeux à la courgette et à La Vache Qui Rit. Voici la recette proposée par Kamilouche.

Vous pouvez aussi préparer, entre autre, des verrines, des cheese naan (”pain” indien), un gâteau au yaourt ou encore des sablés.

Sur le site de la fromagerie Bel, vous trouverez une soixantaine de recettes à base de Vache Qui Rit, suffisamment simple pour être préparées avec des enfants.

Vous pouvez aussi vous procurer l’ouvrage La Vache qui rit : Sa vie, ses recettes.

Puisque vous allez préparer plusieurs recettes à base de Vache Qui Rit, profitez de bons de réductions disponibles sur cette page.

Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous dans le Jura pour visiter La Maison de la Vache qui Rit. Installée à Lons-Le-Saunier, dans le village de la fromagerie Bel, cette maison a ouvert ses portes au public il y a à peine un an, en mai 2009. Depuis, plus de 20 000 visiteurs ont fait le déplacement.

Au programme, historique de la création de La Vache Qui Rit, explication de sa fabrication et rétrospective de son avènement. Parfaitement adaptée aux enfants, elle offre une visite riche en découverte.

Mais c’est aussi le lieu rêvé des microtyrosémiophiles. Ne me regardez pas comme ça, je ne vous ai pas insulté, bien au contraire. Ce mot de vingt lettres - pas mal pour une partie de Scrabble - désigne les collectionneurs de petites étiquettes, comme celles des portions de fromage fondu La Vache Qui Rit. Il n’est même pas indispensable d’être passionné de fromage, une âme de collectionneur suffit pour être émerveillé au cœur de cet espace regorgeant de plus de 600 objets à l’effigie de La Vache Qui Rit. Peut-être ont-ils le 78 tours publicitaire extrêmement recherché par les collectionneurs ?

Si vous souhaitez vous procurer certains de ces objets, voici les liens : Fourgonette La Vache qui Rit, thermomètre émaillé la vache qui rit, Carnet de dessin + crayons , boîte à sucre en métal , table de bistrot.

Pour les objets plus modernes, rendez-vous directement en ligne sur le site du groupe Bel.

Dans la Maison de La Vache Qui Rit, vous verrez surtout l’évolution des différentes étiquettes de fromage.

Puisqu’elle est connue de tous, elle fait partie de l’inconscient collectif si bien que des illustrateurs ont proposé leur propre version de La Vache Qui Rit. Voici celle, plus moderne, proposée sur le site Behance.

Dans ses publicités, La Vache Qui Rit a eu plusieurs styles. Après avoir été le plus souvent représenté en 2D, elle revient, ce mois-ci, complètement relookée dans une campagne en 3D. Elle est accompagnée de ses amis Toro Teka, Rappe-T, Barbara Meumeuh et Josette Touillette.

Que pensez-vous de ce relooking ?

Pour retrouver l’histoire de maison Bel et de La Vache Qui Rit, je vous conseille l’ouvrage de Vincent Vidal et Guillaume Villemot, La Chevauchée de la Vache qui rit. Si vous êtes intéressés par ce genre d’histoire sur les grandes marques, alors lisez Pourquoi La vache qui rit ne pleure jamais : Et autres secrets génétiques des grandes marques.

Sans oublier les pages Internet : Site Officiel La Vache Qui Rit et sur Facebook la page de La Vache Qui Rit ainsi que celle de La Maison de La Vache Qui Rit.

© 1ère étiquette, léon bel, portion, wachkyrie, 3 portions, la vache sérieuse, pub, ??????? ??????? en Russie, Den Skrattande Kon en Suède, Den leende ko au Danemark, The Laughing Cow dans les pays anglophones, Die lachende Kuh en Allemagne, Veselá Kráva en République tchèque et en Slovaquie, La vaca que ríe en Espagne, A vaca que ri au Portugal, ????? ???????? dans les pays arabes, Con bò c??i au Viêt Nam, ? ?? en Chine, livre, affiche, table, Fourgonette La Vache qui Rit, thermomètre émaillé la vache qui rit, Carnet de dessin + crayons , boîte à sucre en métal, étiquettes au fil du temps, Behance, nouvelle tête en 3D, tête

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 commentaires pour “La Vache Qui Rit”

  1. » Archive du blog » La Vache Qui Rit à la télévision dit :

    [...] dernier, je vous ai longuement parlé de La Vache Qui Rit. Depuis sa création, en 1921, elle a bien évolué. D’un point de vue marketing, la [...]

  2. » Archive du blog » Les 80 ans de la Caravane du Tour de France dit :

    [...] avec le temps on voit des choses de plus en plus exubérantes. Ainsi voici deux participations de La Vache Qui Rit avec 50 ans [...]

  3. joffres dit :

    meuh!!!
    Que de bons souvenirs, dans tous les sens du terme!!!
    Mais à quand une vache qui rit à 0% de matières grasses et de sucres?

  4. Culture Confiture dit :

    @ joffres : je ne sais pas mais est-ce que ça aurait encore le goût “authentique” ???

  5. petitkaramel dit :

    Bonjour,

    ou peut on trouver les archives des publicités télé classées par pays de La vache Qui Rit?
    J’aimerai retrouver celle où un ami à moi apparaissait lorsqu’il avait 8 ans, au Maroc, il en a aujourd’hui 26 et aucune trace :)
    Merci d’avance pour vos éclaircissements

    Cordialement,

  6. Culture Confiture dit :

    @ petitkaramel : Je ne sais pas si l’on peut chercher par pays mais en allant sur le site de l’INA (http://www.ina.fr/), en cherchant “La Vache Qui Rit” puis en cliquant sur l’onglet “Publicité”, c’est là qu’il y a le plus de probabilité de trouver la pub en question ! Bonne recherche

  7. Francophilia Gazette » Why the Vache Qui Rit is laughing… dit :

    [...] you speak French, read the whole story and see some great vintage Vache packaging at Ma culture confiture and learn more about Benjamin Rabier’s role [...]

  8. si moi dit :

    publicité mensongere!

  9. Nos Bel Idées dit :

    Bel Tchizbox, le site des fromageries Bel a changé d’adresse, et de look! https://www.nos-bel-idees.fr/ sera la nouvelle URL désormais.

  10. Enough to make a cow laugh | Parisian Fields dit :

    [...] Campsie, all images from Gallica, except for the picture of the army truck, the Wachkyrie sign, the original can of cheese, and the winking cow. For more information, see the Maison de la Vache Qui Rit, a museum devoted to [...]

  11. sevault norbert dit :

    quelqu’un pourrait-il me faire savoir comment me procurer les etiquettes de la vache qui rit ainsi que celle de la vache sérieuse merci

  12. Rouge Blog dit :

    Ces Boucles Doreilles Rondes…

    [...] sign, the original can of cheese, and the winking cow. For more information, see [...]…

Laisser un commentaire