OK Go

Il y a des groupes qui marquent les esprits pour leur musique. D’autres qui réussissent des coups de buzz via leurs clips. Je vous ai parlé l’autre jour du clip 70 million par Hold Your Horses ! et bien aujourd’hui, intéressons-nous au groupe OK Go, en passe de réussir un énième buzz avec la sortie de leur nouveau clip, This Too Shall Pass.

Revenons aux origines d’OK Go afin de comprendre d’où sortent ces énergumènes.

Nous sommes en 1998, il y a un peu plus de dix ans, lorsque le groupe OK Go pousse son premier cri. Un peu comme les Beatles qui étaient en partie des copains d’école, Damian Kulash (chanteur et guitariste) et Tim Nordwind (basse), à la base du groupe, sont amis depuis une colonie de vacances, l’été de leurs 11 ans. Même le choix du nom trouve sa source à cette époque. L’un des adultes qui encadrait le camp passait son temps à crier « Ok, ok, ok,…go ! ». Parfois, il ne faut pas chercher plus loin que le bout de son nez !

Andy Duncan (guitare et clavier) et Dan Konopka (batterie), des amis de lycée, sont venus compléter la formation.

Malgré le succès du premier album, Ok Go (202), Andy quitte le groupe avant l’enregistrement du second album, Oh No (2005). Mais puisqu’un Andy peut en cacher un autre, il a été remplacé par Andy Ross.

Les quatre dandy de ce groupe rock originaire de Chicago ont fait parler d’eux à plusieurs reprises grâce à des vidéos postées sur YouTube.

Dans le but de déconcerter le public, les membres d’OK Go ont décidé, lors de leur tournée 2006, de faire une pause au milieu du concert, posant leurs instruments pour faire une petite danse. Cette chorégraphie a été crée grâce à l’aide de la sœur du chanteur et ce pour la modique somme d’un café ! Après avoir posté sur YouTube la vidéo d’entraînement, filmée dans le jardin de Damian, un buzz inattendu est apparu sur la toile. Très vite les visiteurs ont atteint le chiffre incroyable d’un million - faut dire que c’est pour la vidéo du titre A Millions Ways !

Voici la version réenregistrée, cette fois, dans les rues de Paris.

À peine plus d’un mois après la mise en ligne, certains internautes ont eu envie de reproduire cette chorégraphie. Après avoir reçu une grande quantité de vidéos, le groupe a carrément proposé un concours de la meilleure reprise.

Voici un montage reprenant une dizaine de vidéos différentes, plus ou moins amateur.

Mais c’est avec la vidéo du titre Here it Goes Again que le groupe se fait le plus remarquer. Encore une chorégraphie mais cette fois complètement décalée car interprétée sur des tapis de course de salles de sport. Au final, plus de 50 millions de visionnage.

Là encore les fans ont répondu présent en reproduisant le contenu de la vidéo. Plus difficile cependant de se procurer des tapis de course alors certains ont trouvé un subterfuge en forme de Lego. Voici le début du clip en stop motion.

Preuve que cette vidéo est devenue un véritable phénomène sur le web puisque les Simpson ont intégré une parodie d’Here it Goes Again dans un épisode.

Lorsqu’ils ne dansent pas, les OK Go aiment se fondre dans le décor. Ils l’ont prouvé avec le clip façon tapisserie de Do What You Want.

Avec le clip This Too Shall Pass, extrait du dernier album en date Of the blue color of the sky, on retrouve les ingrédients phare d’OK Go : chorégraphie, fanfare et camouflage.

Parce qu’OK Go ne fait rien comme tout le monde et qu’ils semblent aimer les défis, ils ont décidé de tourner une autre vidéo pour le titre This Too Shall Pass. Cette fois, pas de tournage en extérieur mais un seul et unique décor dans un plan séquence aussi incroyable que bluffant.

Dans ce clip réalisé par James Frost - connu pour son clip House of Cards de Radiohead - et produit par Zoo Films, on a droit à une machine géante dans le genre de celles de Rube Golberg. Vous savez, ce sont des assemblages de petites choses qui, mises en route, bout à bout, ne réalisent qu’une action plutôt basique. En gros c’est un Attrap’ Souris géant dans la lignée du film Der Lauf der Dinge de Peter Fischli et David Weiss. Régulièrement illustré au cinéma comme dans la scène du petit-déjeuner du film Pee Wee Big Adventure de Tim Burton, on a droit ici à un plan séquence de près de quatre minutes.

Grâce au talent de l’équipe d’ingénieurs de Syyn Labs, cette machine a été construite sur deux étages dans un entrepôt du quartier d’Echo Park (Los Angeles).

Véritable casse-tête de précision, cette construction a nécessité plusieurs semaines et le travail de plus d’une cinquantaine de personnes.

Le tournage en lui-même s’est déroulé sur deux jours avec environ soixante tentatives. Entre chaque prises, il fallait une trentaine de techniciens pour remettre en place tout le mécanisme de la machine. Il était surtout question de précision puisque la simple présence de poussière pouvait faire dévier une bille de son axe et donc faire planter l’ensemble.

Voici le résultat bluffant de cette expérience amusante.

Parce qu’ils ont le don pour faire des vidéos rigolotes et singulières, les OK Go ont offert à leur fan cette vidéo décalée afin d’annoncer officiellement leur changement de Label.

Pour terminer, parce que ne l’oublions pas OK Go est avant tout un groupe de musiciens, voici en libre écoute (disponible également sur leur site officiel) leur second album, Oh no.

Plus d’infos sur les différentes pages web d’OK Go : Site Officiel, Blog, Facebook, Myspace, Twitter, Tumblr

© OK Go, groupe, EmiMusicFrance, craigjay, 1ppst2ppg, teamayayo, sseo8, sebaslizarazu, OK Go, décor, OkGo, player

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire