Le test du chamallow

Êtes-vous du genre gourmand ? Êtes-vous surtout capable de résister face à des bonbons ?

Une étude réalisée à Cardiff - sur 17 500 enfants, aujourd’hui âgés de 40 ans - a soulevé l’un des problèmes que risque un enfant qui consommerait trop de sucreries. Excepté les problèmes dentaires évidents, il semblerait que manger trop de bonbons au quotidien pendant l’enfance aurait une incidence sur le niveau de violence que l’on atteint une fois adulte. En réalité, ça n’est pas le bonbon ou le chocolat en tant que tel qui est en cause mais l’idée que l’enfant associe à ce plaisir qu’il reçoit sans même attendre. Pour faire simple, c’est le fait que l’enfant ne puisse pas différer une gratification qui peut le conduire plus tard à être plus agressif et impulsif au moment d’une demande quelconque.

C’est là qu’intervient ” le test du chamallow “. Ce test réalisé par l’Université de Stanford dans les années 60 a permis de montrer qu’un enfant sachant patienter et résister à ses pulsions de gourmandise a plus de chances de réussir scolairement et socialement.

Pour ce faire, placez un enfant dans une salle, assis sur une chaise. Placez devant lui une assiette contenant un chamallow. Dites-lui que vous allez vous absenter quelques minutes (entre 10 et 20 minutes) et que si quand vous revenez, il n’a pas mangé son chamallow, il en obtiendra alors un second. Voici les images du second test réalisé en 2009.

Résultat final de cette étude, un tiers dévore aussitôt le chamallow, un autre tente une supercherie genre grignotage d’un micro bout et le dernier tiers résiste et obtient donc un deuxième chamallow.

Forcément, c’est un peu une question d’âge mais bon, je suis certaine que tous les adultes ne seraient pas capables de résister (certains préférant profiter sur l’instant plutôt que de “souffrir” en patientant de longues minutes).

Le plus drôle, si on exclut l’aspect psychologique de l’affaire, c’est de voir les bouilles de ces petits chenapans. Certains sont très sérieux mais on voit que ça leur brûle les doigts et même s’ils ne mangent pas forcément le chamallow, ils ont besoin de le toucher, le renifler ou carrément le lécher.

Suivant ce modèle, certains centres ont voulu retenter l’expérience. Voilà donc une autre vidéo qui ne fait pas partie de la même étude mais qui suit les mêmes règles. C’est tellement drôle à voir…

© test chamallow, 73chaka, FloodSanDiego

code Technorati : 4YAT75Z976CK

Tags: , , , , , , , , , ,

5 commentaires pour “Le test du chamallow”

  1. Sylviane dit :

    Ce test pose une bonne question : faut-il profiter de l’instant présent ou faut il attendre en espérant avoir mieux ? En tous les cas les réactions des enfants reflètent bien la société ( le patient, l’impatient et celui qui voudrait gagner sur les deux tableaux ). Merci pour ces deux vidéos si amusantes à voir car tellement vraies !

  2. Culture Confiture dit :

    @ Sylviane : on sourit parce que ce sont des enfants mais ce serait la même chose (en un peu moins mignon tout de même) avec des adultes, certains seraient encore plus fourbes justement et on aurait quelques surprises à mon avis…

  3. Le Cinévore dit :

    Excellentes ces vidéos ! A la fois drôles, mignonnes et intéressantes !

    C’est un test vraiment instructif, je vais le faire passer à ma petite sœur ( âgée de 7 ans ) pour voir sa réaction, il faudrait que je trouve un moyen de la filmer…

    C’est fou, mais ça m’a fait penser au processus de visualisation ( pour ceux qui sont un peu branchés méditation ou sophrologie… ), certains des enfants s’imaginent le plaisir qu’ils auront en mangeant le chamallow en le portant à leur bouche et en faisant semblant de le croquer…

    Ce qui est flagrant aussi, c’est que les gamines qui mangent le leur tout de suite ne prennent même ps la peine d’écouter ce que la femme à leur dire…

    Le gamin avec sa sœur dans la deuxième vidéo, qui s’encourage à haute voix, est énorme ! :)

    Amicalement,
    Delphine.

  4. Culture Confiture dit :

    @ Le Cinévore : j’aimerais voir aussi la réaction de mes neveux et nièces mais je pense qu’en-dessous d’un certain âge, c’est difficile.
    Si tu as l’occasion de tester sur ta petite sœur, n’hésite pas à revenir nous parler de ses réactions :-)

  5. » Archive du blog » Chamallow and co. dit :

    [...] vous avais parlé du test du chamallow, terrible expérience pour un enfant gourmand. Aujourd’hui intéressons-nous de plus près à [...]

Laisser un commentaire