Hallelujah

Ces dernières années, pas moyen d’échapper à cette chanson, douce et lancinante à la fois. Ce titre a été repris mainte et mainte fois mais généralement, les gens pensent que cette chanson est de Jeff Buckley. Erreur. Ce titre est apparu pour la première fois en 1984 dans l’album Various Positions de Leonard Cohen. Cette chanson de l’auteur et chanteur canadien a fait l’objet de plusieurs centaines de reprises. La plupart, durant des concerts, mais une bonne quantité a malgré tout été enregistré.

Selon les interprètes, l’atmosphère qui se dégage de la chanson n’est pas le même. Chez Leonard Cohen, le ton est moins passionné que chez la chanteuse Allison Crowe. Même le texte connaît des variations. Outre son titre évocateur, la chanson fait référence à la religion, principalement à l’Ancien Testament quand David et Bath-Chéva’ donnent naissance à un enfant, fruit du péché. Mais Hallelujah parle également de relations amoureuses et de sexe. Le texte a été sujet à de nombreuses interprétations. Le sens n’est pas toujours saisi de la même façon selon les auditeurs. L’auteur lui-même a apporté quelques changements entre l’enregistrement d’origine et les différentes prestations live de 1988 et 1993. Seule la fin est toujours identique. Mais les autres interprètes ne se gênent pas non plus pour apporter leurs modifications. Par exemple, les paroles “holy dove” sont remplacées par “holy dark” chez Rufus Wainwright et par “holy ghost” chez Allison Crowe.

Quoi qu’il en soit, dès sa sortie Hallelujah a plu au public. Pourtant, Columbia a tout d’abord refusé de sortir l’album aux États-Unis car Leonard Cohen avait plus de succès au Canada et en Europe.

Voici la chanson d’origine, enregistrée lors d’un live et qui a été diffusé dans le documentaire Songs From The Life Of Leonard Cohen. Il s’agit d’un extrait et non pas du titre dans son intégralité.

John Cale a été le premier, en 1991, à enregistrer ce titre sur I’m Your Fan, l’album de reprises de chansons de Leonard Cohen. Il est aussi disponible, en version live, dans l’album Fragments of a Rainy Season (1992). Concernant le texte, John Cale demanda à Leonard Cohen de le lui procurer. Quand il le reçu, il s’aperçut qu’il était en réalité long d’une quinzaine de pages ce qui correspondait à environ 80 couplets. L’artiste n’a plus eu qu’à sélectionner les passages qu’il souhaitait. Voilà le résultat.

Jeff Buckley est celui que l’on nomme souvent, à tort, auteur de cette chanson. Simplement, ce titre est, depuis la sortie de sa version, devenu mythique. Bien qu’il s’agisse de la chanson de Leonard Cohen, Jeff Buckley a enregistré Hallelujah d’après la version de John Cale. C’est depuis cette reprise de 1994, présente sur l’album Grace - seul album vendu de son vivant - que la chanson a été largement diffusée, provoquant un regain d’intérêt pour ce titre créé 10 ans auparavant.

Pourtant, Jeff Buckley, qui appréciait cette chanson, n’avait tout d’abord pas prévu de l’enregistrer. Au printemps 1992, il jouait tous les lundi dans un bar de New-York, le Sin-é, mêlant créations personnelles et reprises. C’est le succès de ses prestations au Sin-é qui lui ont ouvert les portes des maisons de disque. Et lors de l’enregistrement de son album, il décida d’y intégrer l’un des titres qui plaisait à son public, alors même qu’il n’était pas entièrement satisfait de cette version, trop rapide selon ses dires.

Depuis, on ne compte plus la multitude de reprises. Citons par exemple la version au piano de Rufus Wainwright, présente sur le CD de la bande-originale du flm Shrek (même si dans le film, c’est la version de John Cale qu’on entend).

Il ne faut pas non plus oublier Sheryl Crow, la canadienne K.D. Lang, le blues man Popa Chubby, Keren Ann ou plus récemment Bon Jovi.

Notons cette prestation assez unique, réalisée par quatre chanteurs norvégiens de talent : Espen Lind, Askil Holm, Alejandro Fuentes et Kurt Nilsen.

Certains chanteurs, comme Bono, décident de faire des versions assez différentes de l’original.

Mais en dehors de ces artistes reconnus du grand public, ce qui a contribué à la popularité de ce titre, ce sont les émissions de télévision musicales. En France, Taratata fait la part belle aux artistes en leur permettant de chanter leurs titres mais également de faire des reprises de leur choix. Citons la version d’ Annie Lenox, celle de Sophie Hunger (article) ou encore ce duo original, Jane Birkin et Nosfell.

Mais pour toucher la jeune génération, celle qui raffole des iPod et des téléchargements, il faut s’intéresser aux “télé crochets” actuels avec en tête American Idol et ses dérivés étrangers. Suite à l’interprétation de Jason Castro, l’un des participants, le nombre de téléchargements du titre a explosé aux États-Unis.

Les autres pays ne sont pas en reste. Il y a Amanda Jenssen dans Swedish Idol (2007), Lisa Hordijk, la gagnante de la version hollandaise de X Factor, de même qu’Alexandra Burke, l’une des gagnantes de la version britannique. Fait unique dans le pays, Hallelujah est arrivé en première et seconde position des charts en décembre 2008. Une seule chanson, pour deux interprètes : Alexandra Burke, première, et Jeff Buckley, en seconde position.

En France, c’est dans l’émission À la recherche de la nouvelle star qu’on a régulièrement droit à ce titre. Que ce soit Loko (Julien Raoux) ou le charmeur de ces demoiselles, Benjamin Siksou.

Je ne vais pas vous citer les centaines d’interprètes, sachant que la liste s’allonge chaque jour, sachez simplement que l’une des dernières versions mises en ligne est celle du duo, tout en douceur, entre Justin Timberlake et Matt Morris, enregistré lors du concert Hope For Haïti Now, le 22 janvier 2010.


© partition, Leonard Cohen, rhino49, thecatkeaton, jeff buckley, pseudodionysis, valentinalover, MowserM, CaptainFafar, XtianIdols, poyopoyp, tartenpion333

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires pour “Hallelujah”

  1. Des Geeks et des lettres dit :

    Merci pour le post ! Croire en des choses que les yeux humains ne voient pas : certes, c’est beau. Mais qu’on ne vienne pas me dire que tel ou tel dieu est le plus fort, ou qu’il faut utiliser la force pour convertir les gens. Ce n’est pas dans ce sens que j’ai présenté la chanson Allelujah de Cohen sur mon blog à cette adresse http://bit.ly/a4ygpb , que certains pourraient utiliser pour vous rallier à une cause ou à une pratique.

  2. Culture Confiture dit :

    @ Des Geeks et des lettres : Merci pour votre commentaire. Précisons qu’il s’agit d’un extrait de votre article sur la chanson Hallelujah

Laisser un commentaire