Le Kiwi est mon ami

Histoire de se la jouer un peu scientifique sur ce site, sachez que les kiwis sont les fruits de lianes robustes de la famille des Actinidia. Maintenant que c’est dit, on peu s’intéresser au plus important : sa chair de couleur verte, juteuse et légèrement acidulée.

Le kiwi est un fruit d’hiver, enfin question de point de vue et d’hémisphère. Ça l’est pour la France, beaucoup moins pour la Nouvelle-Zélande, l’un des principaux producteur. Toujours est-il que c’est le moment idéal pour profiter de ses bienfaits naturels.

En plus d’être bon, le kiwi est peu calorique  - 47 k calories/100g - c’est-à-dire autant que l’abricot, le melon ou la clémentine, à peu de choses près. Mais le plus important, c’est qu’il est bourré de vitamines : A, B, C (plus que dans une orange), E (dans les graines)… Les vitamines A et E ont des vertus anti-oxydantes, les vitamines B9 des vertus anti-anémique. Je ne parle pas de solution miracle mais d’un coup de pouce pour lutter contre le vieillissement des cellules, l’apparition de cancers ou de maladies cardio-vasculaires.

À cela s’ajoute plein de minéraux, du potassium (encore plus que dans une banane), du fer, du phosphore… Seul détail négatif, le kiwi peut être allergène, il est donc déconseillé de faire manger du kiwi à un enfant en bas âge, pas avant 1 an tout du moins. Quoi qu’il en soit, la liste des vertus positives est longue et cet article n’est pas une campagne du Ministère de la Santé donc je vais résumer simplement en quelques mots : le kiwi est l’un des fruits les plus recommandés si vous voulez faire le plein de vitamine sans vous coltiner quotidiennement une pastille de Juvamine.

Intéressons-nous maintenant à l’origine de ce fruit :

La liane qui produit le fruit est originaire du sud-est de la Chine, dans la vallée du Yangzi Jiang. Il y a plusieurs siècles, la liane n’était pas cultivée, elle poussait simplement à l’état sauvage. Les chinois surnommaient le fruit Yang Tao, c’est-à-dire Pêche du Yang. Il faut attendre la fin du XIXème siècle pour que des plants soient importés en Europe puis aux États-Unis. Mais le vrai tournant historique date de 1906 lorsque Isabel Fraser rapporta des graines à Alexander Allison. Celui-ci les planta chez lui, en Nouvelle-Zélande. Après quelques années, ces plants donnèrent des fruits.

Il faut cependant attendre une trentaine d’années pour que les plantations quittent les jardins domestiquent et deviennent commerciales. C’est dans la Bay of Plenty (baie de l’abondance), au nord de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande, que se trouve les 4/5 de l’exploitation. En effet, le sol y est volcanique et poreux, il y a beaucoup de soleil mais quand même suffisamment de précipitations. L’hiver est froid et le printemps doux. Toutes les conditions sont réunies pour produire un fruit de qualité. De ce fait, le pays compte désormais 2 700 cultivateurs.

Suite à plusieurs sélections, les fruits obtenus devinrent plus gros. En général, les fruits issus d’une plantation chez un particulier sont plus petits et pèsent moitié moins lourd. Il est d’autant plus difficile d’obtenir des fruits que les kiwis doivent être pollinisés or les abeilles ne sont que moyennement attirées par les fleurs. Si vous avez des ruches chez vous alors vous aurez de meilleures chances de réussite. Pour en savoir plus, je vous invite à lire cette interview de Philippe Champeley, cultivateur et surtout spécialiste des kiwis.

En ce qui concerne son nom, le fruit, une fois hors de son pays d’origine, se faisait appeler Groseille de Chine.  Mais les américains ont commencé à avoir quelques soucis lors de la Guerre Froide. Refusant de commercialiser un fruit portant le nom Chine, ils décidèrent, en 1959, d’utiliser le nom qu’utilisent les néo-zélandais : kiwi. Le choix est simple puisque la peau du kiwi (fruit) est étrangement similaire à celle du kiwi (oiseau), l’emblème du pays. Ainsi, les habitants et le fruit prennent leurs noms d’après cet oiseau. Le nom kiwi (fruit) est devenu une marque déposée en 1974.

Contrairement à ce que l’on croit, la Nouvelle-Zélande n’est pas le plus grand producteur de kiwi. Il se trouve juste derrière l’Italie avec 320 000 tonnes par an, soit presque 1/3 de la production mondiale. La France se défend bien puisqu’elle est en 4ème position avec 7%, derrière le Chili. Dans l’hexagone, le kiwi est principalement produit dans des régions du Sud-Ouest. En Aquitaine, le kiwi de l’Adour a même obtenu le Label Rouge.

Il existe plusieurs variétés de kiwi : le kiwi Monty, le kiwi Bruno, le kiwi Abbott, le kiwi arctique, le kiwi de Sibérie dit Kiwai… Le dernier né est le ZESPRITM GOLD, du nom de la célèbre marque de Kiwi.

ZESPRITM c’est la marque de kiwi que l’on trouve le plus fréquemment dans nos assiettes. Puisque Zespri produit des kiwis dans divers pays, on peut les trouver toute l’année : de mai à novembre pour les kiwis produits en Nouvelle-Zélande puis de décembre à mai pour ceux qui viennent d’Italie. Voilà l’un de leurs spots tv. Si après ça vous ne mangez pas de kiwi…

Depuis bientôt 10 ans, on trouve en Europe le ZESPRITM GOLD. Pour la petite histoire, ce kiwi est né de la pollinisation, en Nouvelle-Zélande, d’un plan femelle venant du jardin botanique de Pékin (kiwi à chair jaune) avec un plan mâle issu des hauts plateaux chinois de Gulin où les kiwis sont plus gros et plus juteux. Ce processus naturel de croisement a pris plusieurs décennies afin d’offrir au consommateur le kiwi gold tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Si vous n’en avez jamais croisé, pas d’erreur possible, le kiwi gold a une forme plus allongée, un peu comme la figue, sa peau est plus lisse et l’on peut même la manger. La chair est jaune et plus sucrée.

Parlons-en de le manger, parce que c’est encore ça le plus important ! Chacun a sa technique, épluché, coupé en rondelle, en petit dés ou tout simplement coupé en deux et mangé à la cuillère. Pour cette dernière technique, Zespri a encore pensé à vous en créant la cuillère à kiwi dite spife, contraction de spoon (cuillère) et knife (couteau). D’un côté ça coupe et de l’autre c’est fait pour manger.

Pour ce qui est de le cuisiner, plusieurs recommandations. Tout d’abord, comme pour plusieurs fruits, ne laissez pas vos kiwis à côté de vos pommes si vous ne voulez pas qu’ils mûrissent trop vite. Autre information, dans une recette, le kiwi va empêcher la gélatine de prendre. Pensez-y avant de vous lancer.

Contrairement à ce que l’on voit souvent, le kiwi ne se consomme pas uniquement en dessert, tel quel, en salade de fruits ou dans une fondue au chocolat. Il est carrément possible de faire un menu entièrement basé sur l’utilisation de ce fruit (vert ou doré).

Ce soir le chef vous propose :

- pour commencer, un smoothie au kiwi

- en entrée, une salade pomme-kiwi avec au choix de la truite fumée ou du fromage de chèvre

- pour le plat, un filet mignon de porc au kiwi

- et pour terminer, une tarte aux kiwis

Si vous cherchez des idées, n’hésitez pas à consulter le site Zespri qui propose une multitude de recettes.

Je ne peux pas évoquer le kiwi et les recettes sans parler du dessert national néo-zélandais : la pavlova. Ça sonne russe, je vous l’accorde, mais c’est parce que le nom a été donné en hommage à la ballerine russe Anna Pavlova. Une bataille fait rage entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande qui revendiquent tout deux la naissance de ce dessert composé de meringue croustillante à l’extérieur mais fondante à l’intérieur, surmontée de chantilly et de fruits. Certains ajoutent un coulis de fruits rouges ou du chocolat. Disons que pour faire simple, la pavlova australienne est généralement faite avec de la mangue et la néo-zélandaise, avec des kiwis. On la trouve pour chaque occasions importantes (dont Noël) en format gâteau à découper mais si vous êtes au restaurant, elle vous sera servie individuellement. Honnêtement, c’est aussi simple que délicieux.

© greenzer, kiwis, tranche, fleurs de kiwi, arctique, solo, kiwai, Zespri TM, spife, smoothie, salade, filet mignon, tarte, pavlova

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires pour “Le Kiwi est mon ami”

  1. MHAMED dit :

    JE SUIT UN CULTIVA EN ALGERIE JE VEUX PLANTE LE KIWI A USAGE COMMERCIAL MES JAI PAS DE DETAIL LES FOURNISEUR ..DURE VIE ..LE CLIMAT ADRESE DE SPECIALIST SVP

  2. Dim dit :

    MAGNIFIQUE cette pub Zespri!

  3. Autour d'un Café dit :

    Pour ceux que ça intéresse, voici la méthode pour bien préparer un kiwi : http://autourduncafe.fr/2010/02/15/comment-preparer-un-kiwi/ ;)

  4. Culture Confiture dit :

    @ Mhamed : Je suis désolé mais je ne suis pas spécialiste en la matière donc je ne connais pas d’autres spécialistes excepté celui cité dans l’article, Philippe Champeley.

    Je vous conseille tout d’abord de lire cet article :
    http://www.satoriz.fr/les-entretiens/Le-kiwi/article-sat-info-555-5.html

    Pour le contact, c’est peut-être cette adresse ci ( http://www.118000.fr/search?sb_Professionnel1=sb_Particulier1&sb_quiquoi=philippe%20champeley)

    @ Dim : N’est-ce pas ?

    @ Autour d’un Café : bien vu le coup de kiwi ;-)
    Et très sympa ton site ! Je sens que je vais faire beaucoup de pauses thé (ça marche aussi, non ?) devant les images en tout genre.

Laisser un commentaire