Brüno

Après s’être glissé dans la peau d’un gangsta rappeur puis d’un journaliste kazakhe, le voilà en présentateur gay pour la télévision autrichien. Il ne fallait pas en attendre moins de la part de Sacha Baron Cohen.

Brüno débarquera dans nos salles françaises le 22 juillet. L’été s’annonce chaud, chaud, chaud. Faites comme Brüno, sortez vos micro shorts.

Ce roi de la mode est un personnage qui existe depuis déjà plusieurs années. C’était déjà le cas précédemment pour Ali G et Borat.

Retournons quelques années en arrière. Après avoir travaillé peu de temps dans une banque d’investissement, Sacha Baron Cohen se tourne vers la comédie. En 1998, il est engagé par la chaîne de télévision anglaise, Channel 4, afin de faire un billet humoristique dans l’émission The Eleven O’Clock Show. Ali G débarque sur nos écrans. Les producteurs apprécient son personnage et lui offrent, dès 2000, sa propre émission : Da Ali G Show.

Cette série télévisée satirique est un mélange d’interviews et de sketchs. Les journalistes sont à tour de rôle Ali G, Borat Sagdiyev et Brüno, tous joués par Sacha Baron Cohen.

Des célébrités mais aussi des inconnus répondent aux questions croyant que tout est très sérieux. Selon le personnage joué, les interviewés se retrouvent parfois dans des situations embarrassantes compte tenue des questions posées ouvertement politiques, religieuses et/ou sexuelles.

La première saison se déroule en Grande-Bretagne et comprend six épisodes de 30 minutes. La seconde, se passe aux États-Unis. Les chanceux qui ont la chaîne Jimmy ont pu voir les épisodes.

L’accueil en Grande-Bretagne a été très bon, la série a même remporté le BAFTA de la meilleure série comique. Par contre, les américains ont été plus hostiles à cet humour au 74ème degré !

Revenons quelques instants sur les personnalités de ces trois personnages : Ali G, Borat et Brüno.

Trois look, trois origines, trois humours :

- Ali G est une sorte de mec qui veut ressembler aux gangstas. Il utilise donc tous les codes : tenues XXL, petit bonnet, grosses chaînes, accent, vulgarité…

Dans ses interviews, comme ici avec David et Victoria Beckham, il n’hésite pas à lancer des pics ou à jouer de son personnage comme lorsqu’il s’adresse à Victoria pour lui poser une question et commence par ” No disrespect you bitch ” (je ne traduirai pas afin que ce site reste tout public !).

Preuve de son succès, Ali G est le chauffeur personnel de Madonna dans son clip Music :

En 2002, Sacha Baron Cohen emmène son Ali G au cinéma.

Ali G, InDaHouse est une vraie fiction autour d’Ali G qui passe son temps à fumer de l’herbe, à faire des courses en R5 tunnées et surtout à enseigner son style aux enfants du centre de loisirs de sa ville. Mais sa vie va être bouleversée quand il va se présenter au poste de député afin de sauver le centre de loisirs promis à une fermeture prochaine.

C’est graveleux, bête et rigolo, du Ali G puissance 100 !

- Borat Sagdiyev est originaire du Kazakhstan. Il est journaliste pour la chaîne de télévision d’État et par conséquent l’un des hommes les plus connus de son pays. Misogyne, antisémite (l’acteur en joue car il est juif) et exhibitionniste (les vendeurs de maillot de bain string ficelle le remercient encore), il donne une image ancienne et truquée des habitants des pays de l’est. Il décide d’aller découvrir l’Angleterre afin de comprendre son fonctionnement. Il est outré lorsqu’il découvre que les femmes ont le droit de vote parce que pour lui, voilà dans l’ordre l’échelle d’importance des êtres sur Terre : ” Dieu, l’homme, le cheval, le chien, la femme, le rat et le krutzouli ” - aucune idée de ce que peut bien être le krutzouli.

Certain d’être très virile, il accumule les relations extra-conjugales. Faut dire que sa première femme a été abattue par un chasseur qui l’avait prise pour un ours et la seconde a été enlevée par des gitans.

Dans cet épisode, Borat cherche une nouvelle épouse et pour cela il demande des conseils à des spécialistes. Il tente même le speed dating !

Ce personnage de Borat aurait été inspiré par un médecin que Sacha Baron Cohen avait rencontré dans le sud de la Russie. Je trouve ça assez inquiétant.

C’est en 2006 que Borat conquiert la planète dans Borat, leçons culturelles sur l’Amérique au profit glorieuse nation Kazakhstan.

Sur le même principe, Borat part à la conquête des États-Unis afin de comprendre ” le rêve américain ” et surtout pour épouser son idole, Pamela Anderson. Il y rencontre de vrais personnes afin de dénoncer le comportement et les préjugés de certains. L’attitude du “journaliste” est parfois assez cash mais cela permet de dépeindre une Amérique parfois trop antisémite, chauvine ou raciste. Ce faux documentaire a été source de conflit. Ovationné par certain - l’acteur a d’ailleurs reçu le Golden Globe du meilleur acteur - le comédien a eu plusieurs plaintes sur le dos, certains participants se sentant ridiculisés. Le Kazakhstan s’est senti insulté, de même que le village de Roumanie dans lequel le film a réellement été tourné.

Quelques images pour comprendre le style du personnage.

- Brüno, son troisième et dernier personnage, est autrichien. Il n’a pas de nom de famille, comme Madonna, c’est seulement Brüno. Il présente l’émission Funkyzeit sur l’OJRF qui parle essentiellement de mode et d’homosexualité. C’est un secret mais Brüno a 19 ans et est gay ! J’vous jure, on ne dirait pas mais il l’avoue lui-même. Il suggère d’ailleurs que ses invités sont homosexuels, même si ces derniers sont hétérosexuels et mariés. Au tout début, ce personnage ratait la plupart de ses interviews pour cause de stress. À ses questions, les invités ne doivent pas répondre “yes” ou “no” mais “Vassap” ou “Ich don’t think so”. Il arrive très souvent via des questions ambiguës à provoquer ses invités afin qu’ils révèlent leurs “véritables visages”.

Cette année, Brüno va enchanter le 7ème art. Pour l’occasion, il s’est laissé pousser les cheveux et s’est fait épiler tout le corps.

Brüno, aurait du s’appeler ” Brüno : Delicious Journeys Through America for the Purpose of Making Heterosexual Males Visibly Uncomfortable in the Presence of a Gay Foreigner in a Mesh T-Shirt ” (c’est-à-dire ” Brüno : délicieux voyage à travers les États-Unis dans le but de rendre les hétérosexuels franchement gênés par la présence d’un étranger homosexuel portant un t-shirt résille “). Au final, Brüno, tout simplement, c’est pas si mal.

Il s’agit, comme pour Borat, d’un faux documentaire sur les vrais visages de l’Amérique. Dans ce film, Sacha Baron Cohen tente de dénoncer l’homophobie. Il va côtoyer des manifestants qui sont contre le mariage homosexuel. Il va même tenter d’approcher Arnold Schwarzenegger, actuel gouverneur de Californie.

Il s’en prend aussi au dictat de l’apparence.  Il s’invite par exemple au défilé d’Agatha Ruiz de la Prada, en pleine Fashion Week de Milan. Brüno fait très attention à son look. Il porte une collection de tenues plus étranges les unes que les autres. Face à des militaires, il porte une ceinture Dolce & Gabbana sur un treillis. Mais sa pièce fétiche, c’est le micro short.

Dans ce film, Brüno n’hésite pas à se déhancher. D’ailleurs, en raison d’un trop grande nombre de scènes jugées “choquantes”, la MPAA (Motion Picture Association of America) a interdit, pendant un temps, le film aux jeunes américains de moins de 17 ans. Le film a été remonté et depuis il n’a plus que l’interdiction R, ce qui signifie qu’il faut un adulte pour accompagner les moins de 17 ans. C’était déjà le cas pour Borat. La France, elle, n’a pas encore précisé si le film aura une interdiction ou non.

Le film vient d’être remonté il y a quelques jours, suite au décès de Michael Jackson. Pourquoi ? Tout simplement car dans le film, la grande sœur du chanteur, LaToya Jackson, est interviewée par Brüno. Celui-ci en profite pour récupérer le numéro de portable du roi de la pop. La production, par respect pour la famille endeuillée, a préféré couper cette scène.

Sacha Baron Cohen accorde très peu d’interviews en tant qu’acteur. Face aux journalistes, il apparaît toujours sous les traits de l’un de ses personnages. Cela lui permet de préserver sa vie privée puisqu’il est en couple avec l’actrice Isla Fisher dont je vous ai parlé lors de la sortie de Confessions d’une accro au shopping.

Mais s’il n’apparaît jamais sous sa véritable identité, c’est surtout, comme le souhaite le réalisateur Larry Charles, afin de “protéger le produit” qu’il tente de “vendre” lors de la promotion de ses films. Peut-être avez vous vu la “rencontre” de Brüno avec Eminem lors des MTV Awards ou encore son interview dans Le Grand Journal durant laquelle il drague ouvertement Michel Denisot (le string Sarkozy vaut le détour !).

C’est également le cas lors des avants-premières. Déjà, l’acteur s’était fait remarquer sur le tapis rouge de Toronto lors de la sortie de Borat. En effet, Borat avait fait son Borat en arrivant, avec son cheval, sur un char tiré par des femmes visiblement originaires des pays de l’Est.

Brüno n’est pas encore dans les salles que c’est déjà un phénomène. À chaque avant-première Brüno apparait avec un look différent et dans une mise en scène toujours grandiloquente.  Aux États-Unis, le char avec des roues a été remplacé, pour ce film, par un char de guerre bling bling. Brüno est toujours accompagné de 4 à 6 personnes et parfois la “tenue” est adaptée au pays : en taureau à Madrid, en G.I. américain à Los Angeles, avec un string qui dépasse à Amsterdam… Sur les Champs-Élysées, le 15 juin dernier, Brüno portait une tenue de tyrolien, faut pas chercher à comprendre, c’est juste celle de l’affiche du film ! On aurait pu croire qu’il tentait de refaire le No Pants Days. Les spectateurs présents ont eu droit à une danse sexy sur un remix de la Marseillaise.

Voilà un aperçu de ses différentes prestations.

Pour découvrir au fur et à mesure des avant-premières, les nouvelles tenues de Brüno, rendez-vous sur son site Internet The Brüno Movie.

Si vous trépignez d’impatience, voilà deux scènes du film en avant-première.

Une chose est sûre, il n’a pas fini de nous surprendre…

© Brüno, Da Ali G Show logo HBO, Ali G, Borat, Bruno, hajacobo, Ali G indahouse, SukhKular, Borat film, Videogeezer, Affiche, avec arnold schwarzeneger, FilmGeek-TV, Sacha Baron Cohen et Isla Fisher, avant-première borat toronto, Madrid, Berlin, LondresAmsterdam, MTV Awards, Los Angeles, sortie d’hôtel australie, Paris, Australie, GQ

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 commentaires pour “Brüno”

  1. Snake dit :

    Ce mec est un acteur hallucinant, toujours méconnaissable dans ses rôles. Un de ses meilleurs personnages (mis à part ses trois créations évoquées ici) est son personnage de pilote de course français (et donc gay, forcément) dans Talladega Nights. C’est la première fois que je vois un américain jouer aussi bien un français! Pour moi c’est un génie, simplement!

  2. Culture Confiture dit :

    @ Snake : c’est clair qu’il incarne vraiment ses rôles !!! Je n’ai pas vu “Talladega Nights” mais j’en ai entendu beaucoup de bien (sur son rôle j’entends)

    Il est vachement bien aussi dans “Sweeney Todd” dans le rôle du barbier italien Adolfo Pirelli. Je l’avais même pas reconnu les deux premières minutes, j’y croyais vraiment !!!

  3. Snake dit :

    J’ai pas encore vu Sweeney Todd :s bon bah va falloir que je m’y mette! Sinon, Talladega Nights est une merveille, et pas uniquement pour la prestation de Sacha (ouais, je l’appelle par son prénom!)

  4. Culture Confiture dit :

    @ Snake : mais Sacha c’est un peu le bon pote qui nous fera toujours marrer ;-)

    Je note que je dois voir “Talladega Nights” !!!

  5. » Archive du blog » Le régime des acteurs dit :

    [...] parfois de devoir porter une perruque, devoir prendre un accent, devoir s’épiler (voir Brüno) ou devoir prendre des cours de chant. Bref, ça demande du [...]

Laisser un commentaire