Ne me quitte pas

Quel est le point commun entre Sting, Johnny Hallyday, Nina Simone, Julio Iglesias et Nana Mouskouri ?

La célébrité ? Oui, c’est exact mais pas seulement. Ils ont tous chanté la célèbre chanson de Jacques Brel, Ne me quitte pas.

Bien que d’origine flamande, Jacques Brel est le chanteur belge francophone le plus célèbre  de l’hexagone. Figurez-vous qu’au début des années 50, il chantait pour son entourage et dans quelques cabarets bruxellois. Cependant, sa famille n’appréciait pas sa puissance lyrique et l’encouragea à stopper. Heureusement pour nous, Jacques Brel persévéra et alla à Paris, sans le sou - sa famille lui coupant les vivres.

Comme pour beaucoup de vedettes, le hasard des rencontres lui ouvrit des portes : celle de Jacques Canetti, découvreur de talents chez Philips et propriétaire du cabaret Les Trois Baudets, ainsi que Bruno Coquatrix, le directeur et propriétaire de la salle de l’Olympia.

Suite à quelques années de galère, il sort en 1955 son premier 33 tours. Mais c’est surtout avec le second - pour lequel il reçoit le grand prix de l’Académie Charles-Cros - qu’il rencontre son public. Le succès arrive e 1958 alors qu’il est en première partie à l’Olympia. Dès l’année suivante il chante en tête d’affiche.

Le 11 Septembre 1959 il enregistre le titre qui fera le tour du monde, Ne me quitte pas.

Ce titre se trouve sur l’album Une valse à mille temps.

Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas…

Le texte est incroyablement beau et son interprétation est d’une telle force émotionnelle. On n’a qu’une envie : secouer la demoiselle qui lui a brisé le cœur et la supplier à genoux de bien vouloir reprendre Jacques !

Il a effectivement écrit et composé ce titre suite à une rupture cependant, le fond de l’histoire diffère de ce que l’on imagine. En effet, c’est lui qui a quitté Suzanne Gabriello, une chanteuse humoristique alors présentatrice à l’Olympia. C’est d’ailleurs en partie grâce à elle que Jacques Brel a réussit à se faire une place vers la célébrité.

Contrairement à ce que l’on peut croire à l’écoute de ce titre Ne me quitte pas, l’auteur affirme que ça n’est ” pas une chanson d’amour mais une chanson sur la lâcheté des hommes “.

Une nouvelle version de Ne me quitte pas a été enregistré par Jacques Brel en 1972. Elle se trouve sur l’album du même nom.

Il est temps de passer de la théorie à la pratique avec le visionnage d’une vidéo.

Nombreux sont les chanteurs français et étrangers, à avoir rendu hommage à Jacques Brel en reprenant Ne me quitte pas :

- Juliette Gréco
- Hugues Aufray
- Nana Mouskouri
- Johnny Hallyday
- Barbara (version assez différente qui ne joue pas sur les temps de silences et change l’ordre des paroles)
- Serge Lama
- Patricia Kaas & Mauranne
- Jonathan Cerrada
- Mireille Mathieu (la chanson commence à 0′25)

- Florent Pagny
- Natasha Atlas (version arabisante)
- Miguel Bosé (avec un arrangement plus moderne mais pas forcément meilleur)
- Majida El Roumi
- Ornella Vanoni
- Daniel Guichard
- Frida Boccara
- Julie Zenatti
- Sophie Hunger, la chanteuse dont je vous ai parlé la semaine dernière (pour la vidéo il faut avancer à 1′10)
- Nina Simone

- Ute Lemper
- Ainhoa Arteta
- Estrella Morente
- Haris Alexiou
- Sting
- Maysa Matarazzo
- Lisa Manosperti (très jazz)
- Nacha Guevara
- Gianina Ramos
- Alison Moyet
- Yuri Buenaventura (dans une version salsa)

Il existe encore bien d’autres extraits. Mais en plus de ces 30 versions françaises, la chanson existe dans d’autres langues.

Brel lui-même se définissait comme un chanteur flamand de langue française. Ainsi, plusieurs de ses succès ont été traduits en néerlandais par Ernst van Alten.

En 1961, Brel enregistra une nouvelle version de Ne me quitte pas intitulée Laat me niet alleen. La vidéo est un extrait de Brel/Barbara, un ballet contemporain de Maurice Béjart. Bon, on n’est pas obligé de s’infliger la version néerlandaise, il faut quand même être solide émotionnellement parlant pour la supporter.

D’autres chanteurs ont chanté cette version flamande :

- Paul de Munnik
- Lisebeth List (à partir de 0′30)
- Mathieu & Guillaume (dans une version plus moderne extraite d’une émission télé)

Ce titre, aussi incroyable soit-il, n’avait aucune raison de quitter les territoires francophones et flamands. Cependant, Brel va rencontrer le chanteur compositeur américain Mort Shuman (Le lac majeur, Allo Papa Tango Charlie…). Les deux hommes vont devenir amis et Mort Shuman va traduire en anglais une partie des textes de Brel. Ainsi, David Bowie reprendra Dans le port d’Amsterdam en version anglaise.

La version anglaise de Ne me quitte pas, traduite par Rod McKuen, s’intitule If you go Away (rien à voir avec la chanson des New Kids on the block). Le texte n’est pas une traduction exacte de l’originale. En français, le chanteur supplie sa campagne de ne pas le quitter alors que dans la version anglaise, il explique ce qui pourrait arriver si elle partait.

Laisse-moi devenir / L’ombre de ton ombre / L’ombre de ta main / L’ombre de ton chien ” devient en anglais ” I’d have been the shadow of your shadow if I thought it might have kept me by your side “, c’est-à-dire ” J’aurais été l’ombre de ton ombre si j’avais pensé que ça m’aurait permis de rester à tes côtés “.

- Dusty Springfield

- Shirley Bassey (à partir de 0′24)
- Patricia Kaas (et oui, également en anglais !)
- Emiliana Torrini (arrangement assez différent)
- Julio Iglesias (et parce qu’il veut plaire à tout le monde, il interprète cette chanson en français et en anglais).

Il existe une autre traduction, plus récente (1986) et surtout plus proche de l’originale, réalisée par Nick Currie, alias Momus, et qui s’intitule Don’t leave.

Et pour ceux qui veulent, voilà des versions dans d’autres langues (Italien, Espagnol, Yiddish…)

- Imanol
- Micha? Bajor (je pense que c’est en polonais ?)
- Mendy Cahan

Mais si vraiment vous aimez l’air mais ne voulez pas vous embêter à apprendre les paroles, voilà des versions instrumentales. À la place de la voix vous avez au choix les instruments à corde, l’harmonica, la flûte de pan, la guitare ou le piano.

Pour finir, sachez que cette chanson a servi de base pour des spectacles humoristiques :

- Dans son sketch L’ordre, Pierre Desproges dit (à 2′52) « Ne pars pas Suzanne, il faut tout plier, tout peut se plier, tu t’enfuis déjà ».

- Varekai, un artiste du Cirque du Soleil, tente dans un numéro d’interpréter la version de Ne me quitte pas par Nina Simone mais il a un problème de lumière !

- Muriel Robin quant à elle, explique au public qu’elle vient de recevoir une lettre de son petit ami et qu’elle doit la lire. Seulement, il s’agit du texte de Jacques Brel. Muriel Robin va alors interpréter le sens de ces mots afin de faire rire son public.

© Pochettes, Vidéo par Jacques Brel, par Mireille Mathieu, par Nina Simone, en flamand, Brel mains en l’air, par Dusty Springsfield, par Julio Iglesias, Brel en pied, La lettre de Muriel Robin

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire