La barbe à papa

Mais non, rassurez-vous, je ne vous parle pas de la pilosité de mon père mais bien de la confiserie qui colle aux doigts.

Je me souviens encore de ma première barbe à papa, c’était dans un parc d’attraction, on m’avait mis entre les mains ce drôle de coton géant. J’avoue que j’avais toujours été très curieuse de ce machin dont raffolait tous les enfants. Après avoir imité mes amies, j’ai attrapé un bout de cette substance bizarre et je l’ai flanqué dans ma bouche. Impression étrange… Mes doigts étaient collant et ce que je venais de poser sur ma langue avait fondu comme neige au soleil. Jusque là je ne comprenais pas trop pourquoi il y avait un tel engouement autour de ce truc.

Mais voilà, la première fois c’est toujours surprenant. Depuis, je sais apprécier une bonne barbe à papa. Peut être aussi parce que c’est une gourmandise extrêmement rare. Et puis c’est tellement magique de faire disparaître cette grosse boule de sucre en seulement quelques gouttes de salive. Le seul défaut ? Une fois terminée, nos mains sont comme recouvertes de glue et accrochent tout ce qui traine.

Mais qui a bien pu inventer cette sucrerie populaire devenue indissociable des fêtes foraines ?

William Morrison et John C. Wharton, des confiseurs de Nashville au Tennessee (USA), ont inventé une machine capable de réaliser une sorte de filage de sucre cristallisé. Ils enroulèrent alors autour d’un bâtonnet les filaments qui sortaient de la machine jusqu’à former une boule plus grande que la tête d’un adulte. Ils nommèrent cette confiserie Fairy Floss et la présentèrent, en 1904, à l’exposition universelle de Saint-Louis. Le prix à l’unité était extrêmement élevé pour l’époque - 25 cents correspondait à la moitié du prix de l’admission à la foire - mais le succès fut énorme puisqu’ils en vendirent près de 70 000 !

Cette année-là était une bonne année pour les gourmands puisque c’est aussi à l’occasion de cette foire que fut présenté au monde entier le premier cornet de crème glacé. Mais ça c’est une toute autre histoire…

Pour information, sait-on jamais en voyage à l’étranger, la barbe à papa n’est pas connue sous le même nom dans les différents pays anglophones. Ainsi on dit candy floss en Angleterre, cotton candy aux États-Unis et fairy floss en Australie.

De nos jours, on continue à craquer pour une barbe à papa lors des foires - ce qui n’arrive généralement qu’une à deux fois par an. Mais même si c’est extrêmement mauvais pour nos dents, c’est une des confiseries les moins caloriques puisqu’elle nécessite, en réalité, très peu de sucre. En tous cas moins qu’une cannette de soda.

Ce petit plaisir n’est plus réservé uniquement aux fêtes puisqu’on peut le trouver en version conditionnée en grande surface. Je ne comprends pas bien comment la barbe à papa peut tenir comme ça. Je ne parle pas de la conservation puisqu’elle doit être bourrée de conservateurs en tout genre, non, je parle du fait qu’elle soit toujours vigoureuse comme si elle venait d’être préparée. Mais ça n’est pas bien grave, il faut bien avoir quelques mystères dans la vie…

Au final, la barbe à papa n’a pas vraiment de goût. Elle est légèrement différente selon le sucre coloré et aromatisé que l’on dépose dans la machine. La plus souvent la barbe à papa est rose, mais elle existe également en blanc, bleu, vert ou jaune selon le colorant utilisé. Cependant il est important de savoir que son prix au kilo est assez élevé du fait de sa faible densité.

Désormais, on peut aussi réaliser notre propre barbe à papa. Il suffit, pour cela, d’investir dans une petite machine pour particulier. Beaucoup de marques en vendent, à des prix plus ou moins abordables - entre 30 et 70€. Par exemple Téfal en propose une pour environ 55€ dans sa gamme Fêtes d’enfants. Mais pour le même prix, je préfère le design rétro de celle-ci, proposée par la marque SIMEO.

Et pour aller encore plus loin dans la folie barbe à papa, on trouve maintenant dans le commerce des produits à l’arôme barbe à papa. Il y a les sirops à l’eau, les bonbons type carambar, malabar. Les magasins Monoprix ont même vendu, un temps, des yaourts brassés sur lit saveur barbe à papa.

Certains cordons bleu ont par la suite tentés de créer des recettes à partir de ces produits “chimiques”. Je vous incite donc à consulter la recette des financiers saveur barbe à papa de Sandrine sur Miam Maman Cuisine ainsi que la recette des macarons à la barbe à papa d’Angela sur Wikisine.

Et si vous n’avez pas le courage de cuisiner mais que vous aimez l’odeur sucrée de cette gourmandise, aspergez vous de l’eau de toilette Aquolina Pink Sugar à l’odeur de barbe à papa. N’essayez pas de faire des économies en vous collant une vraie barbe à papa dans le cou, ça colle et ça laisse des petits bouts de sucres bizarres.

Même s’il ne s’agit absolument pas de la même chose, nous ne pouvons pas parler de la barbe à papa sans évoquer la famille des Barbapapa. Ce sont ces êtres en forme de grosse barbe à papa, de toutes les couleurs, qui ne se mangent pas mais qui se transforment à volonté selon les envies et les besoins, pratique ! Il existe tout un merchandising autour du dessin animé comme ce mignon body tout rose. Mais forcément, il existe aussi de la barbe à papa Barbapapa.

Allez, on chante tous en coeur “ Voici venir les Barbapapa (…) Il y a Barbapapa, Barbamama, Barbidou, Barbouille, Barbabelle et Barbidur, Barbotine et Barbibulle et Barbalala !

© Barbe à papa, photo n&b avec barbe à papa rose, stand barbe à papa, pot de barbe à papa, machine à barbe à papa, sirop, malabar, carambar, parfum, body barbapapa, barbapapa par Mercuryjun

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires pour “La barbe à papa”

  1. pucecolyte dit :

    super ce blog rien a redire !!!!!!

  2. estelle dit :

    d’la bombe

Laisser un commentaire