Spirou by…

Lorsqu’on me parle des grooms, une seule image me vient à l’esprit, celle de Spirou ! Vous me direz, ils ne sont pas tous roux et habillés de rouge. Mais bon, je n’y peux rien, c’est la seule référence que j’ai. Et avouez que je ne suis pas la seule… ah, vous voyez !

Cette semaine nous fêtons les 71 ans de Spirou ! Il a fait de la chirurgie esthétique, ça n’est pas possible autrement…

Bon alors c’est bien beau mais lorsqu’on pense à ce personnage de bande dessinée on n’a pas forcément la même vision. Parce que ce que certains ignorent, c’est que Spirou a plusieurs papa : un vrai puis plusieurs adoptifs. Pour moi, je pense systématiquement à celui dessiné par Janry. Et vous ?

Voilà un portrait de famille des différentes représentations du personnage de Spirou.

Spirou est né officiellement en Belgique, le 21 Avril 1938, sous les traits de Rob-Vel à la demande de l’éditeur Dupuis qui voulait lancer un journal de bande dessinée pour la jeunesse, Le Journal de Spirou. Le personnage a un côté espiègle qui est censé représenter les gamins de l’époque qui sont, avant toute chose, des lecteurs potentiels.

Petit cours express de wallon : étymologiquement, un spirou désignerait un écureuil, d’où la présence, dès 1939, de l’écureuil Spip comme animal de compagnie de Spirou (ainsi que la couleur des cheveux du personnage en référence au pelage de l’animal). Cela signifierait également un enfant vif et déluré.

Mobilisé durant la Seconde Guerre mondiale, Rob-Vel envoie du front des scénarios et des planches crayonnées afin de respecter le rythme de publication d’une planche hebdomadaire. C’est son ami Luc Lafnet, un peintre, qui se charge de la couleur après avoir terminé le dessin. Malheureusement, celui-ci décède et c’est alors Davine, la femme de Rob-Vel, qui prend le relais. Durant l’interruption de publication du journal de Spirou (été 1940), Rob-Vel est fait prisonnier si bien qu’il ne peut pas continuer son projet et les éditions Dupuis confient Spirou au dessinateur Jijé. À sa libération, Rob-vel reprend les rênes des aventures de son groom.

Durant ces quelques années à passer sans cesse entre différentes mains, la physionomie du personnage aura beaucoup changé. De même les histoires évoluent vers plus de fantaisie et de science-fiction.

En 1943, Rob-Vel revend ses droits aux éditions Dupuis. Désormais, Spirou ne lui appartient plus. En 1975, à l’occasion des 33 ans de Spirou, le créateur retrouve son groom le temps d’une histoire de quatre pages  (avec la participation du scénariste Raoul Cauvin).

En toute logique, Jijé reprend sa place d’auteur-illustrateur des aventures de Spirou. C’est lui qui fait naître le personnage de Fantasio afin de contrebalancer avec le sérieux de Spirou. Mais finalement Jijé, principal dessinateur du Journal de Spirou, délaisse cette série quelques années plus tard au profit d’un jeune auteur belge.

Avec Franquin (à partir de 1946), les histoires s’étoffent pour devenir des aventures d’une quarantaine de pages. Aux côtés des trois héros principaux (Spirou, Spip & Fantasio) apparaissent des personnages secondaires que l’on croisera dans plusieurs histoires : le Marsupilami, le comte de Champignac, Seccotine.

Finalement, après 22 ans de bons et loyaux services, Franquin,  trop occupé à dessiner Gaston Lagaffe, abandonne Spirou.

Durant une dizaine d’années, Jean-Claude Fournier reprend la série phare des éditions Dupuis. Spirou quitte son costume de groom pour des habits plus communs. Fournier rajeunit les personnages en leur imposant un style nouveau. Il apporte aussi un regard écologique à ses récits.

Par la suite, les éditions Dupuis tentent, avec difficultés, de trouver un digne successeur. La tentative d’Yves Chaland, de retrouver un Spirou proche de celui de Jijé, est un échec. Le duo Nic (dessin) et Cauvin  (scénario) sera plus concluant puisqu’ils publieront trois albums. À noter que durant cette période, Fantasio n’habite plus avec Spirou. Malheureusement pour eux, l’enthousiasme n’est pas suffisant et ils doivent passer le relais.

Est alors engagé le scénariste Tome. Celui-ci accepte de s’occuper de Spirou à condition de pouvoir travailler avec son ami le dessinateur Janry. Les lecteurs retrouvent enfin l’esprit qui leur plaît tant. D’ailleurs, une série animée pour la télévision, d’après leurs albums, est diffusée sur TF1. En parallèle des aventures de Spirou et Fantasio au style un peu dramatique, le duo créé la série humoristique Le Petit Spirou. Publiée pour la première fois en 1990, elle raconte la supposée enfance de notre héros. Le petit Spirou porte sa traditionnelle tenue de groom rouge. En réalité, l’enfant est beaucoup plus provocateur et turbulant que sa version adulte. Bien que d’un ton totalement différent de la séire originale de référence, Le Petit Spirou connaît un succès immense. De nouvelles bandes dessinées du Petit Spirou sont publiées régulièrement cependant Tome et Janry ont signé leur dernière aventure de Spirou et Fantasio en 1998.

Après six années sans nouvelles aventures de Spirou et Fantasio, le duo franco-espagnol Morvan et Munuera est engagé. Nouvelle équipe, nouveau rythme et nouveau graphisme, plus proche de l’univers des mangas. La volonté étant d’attirer un nouveau lectorat plus jeune. Malgré des ventes importantes, Morvan et Munuera seront renvoyé pour ” incompatibilité artistique ” après seulement quatre albums.

En 2006, les éditions Dupuis lancent une collection d’albums spéciaux intitulée Une Aventure de Spirou et Fantasio par… Le principe ici est de proposer, en alternance avec la série régulière, une aventure créée par de nouveaux auteurs. Ils expriment alors leurs points de vue le temps d’un album (one shot). À l’heure actuelle, quatre tomes ont été publié (Yoann & Vehlmann, Frank Le Gall, Yann & Tarrin, Émile Bravo). Le cinquième tome  (par Schwartz et Yann) devrait sortir dans une quinzaine de jours. Un sixième tome est d’ores et déjà en préparation pour 2010. Il réunira Lewis Trondheim (chouette !) et Fabrice Parme.

En attendant de connaître les successeurs “officiels” de Morvan et Munuera, on a le temps de relire la cinquantaine d’albums existant afin de comparer les différents visuels de Spirou !

© Éditions Dupuis, Spirou, Rob-Vel, bdoubliees, Jijé, Franquin, Fournier, Nic & Cauvin, Tome & Janry, ludwignetz, Morvan et Munuera, Journal de Spirou, Fêtes du Timbre

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires pour “Spirou by…”

  1. éric gaulon dit :

    bonjour…je pense que vous devez avoir moins de 40ans car votre article est plein de parti pris sur les dernières générations de dessinateurs de spirou..pour commencer vous auriez au moins pu mettre l’accent sur le fait que si le journal de spirou est sorti uniquement en belgiqules premiers temps la création du personnage cental est bien française. .qu’est ce que caa vous coutait?..robert welter était breton donc français..ensuite vous mettez fort peu l’accent sur le regretté yves chaland comme si son travail vous importait peu..il y a fort à parier qu’il a mis tout son coeur dans son oeuvre..dans son graphisme il était celui qui me faisait penser le plus à l’incroyable somme de travail abattue par le génialissimme franquin dont l’esprit fut tourmenté toute sa carrière..sans cette depression chronique qui ne nous dit pas s’il aurait animé spirou quelques années encore?..on ne sait même pas ce que vous pensez de son travail quand on voit à quel point vous av l’air d’affectionner les derniers dessinateurs..pour ma part j’ai une admiration sans limite pour celui qui a

  2. éric gaulon dit :

    bercé une part de mon enfance..

Laisser un commentaire