La chambre de Van Gogh à Arles

Voilà une des toiles les plus célèbres de Vincent Van Gogh, peinte à Arles en 1888.

Très célèbre peintre néerlandais, inspiré par l’impressionnisme et le pointillisme, Van Gogh n’a été reconnu pour son œuvre qu’après sa mort. Son travail s’est étalé sur une toute petite décennie mais elle comporte plus de 840 tableaux, 1 000 dessins et un grand nombre d’aquarelles et de lithographies. Il a également entrepris une correspondance avec plusieurs membres de son entourage, principalement son frère Théo qui l’aidait à survivre financièrement. C’est à travers ces quelques centaines d’écrits que l’on a pu en apprendre davantage sur la vie de Van Gogh, ses sentiments, ses créations. C’était une sorte d’auto-analyse de la part du peintre.

Fatigué par la vie parisienne et recherchant le calme et la chaleur, Van Gogh quitta Paris pour Arles, au début de l’année 1888. Il emménagea sous la neige mais très vite, dès l’arrivée des beaux jours, découvrit le charme et surtout la lumière du Midi. Il s’exprima à ce sujet : ” Quelles compensations quand vient un jour sans vent, quelle intensité de couleurs, quelle pureté de l’air, quelle vibrante sérénité “. Son séjour ne dura pas beaucoup plus d’une année mais il peignit environ 200 toiles et écrivit plus de 200 lettres. Il peint son environnement : la campagne des alentours (Le vieux Moulin), les cafés comme celui de la place du Forum qui existe toujours (Terrasse du café le soir sur la place du Forum) ou encore la maison dans laquelle il louait une chambre (La maison jaune). C’est dans cette maison qu’il veut fonder, avec son ami Paul Gauguin, une communauté d’artistes unissant fraternellement leurs expériences et leurs recherches. Préparant l’arrivée de Gauguin, Van Gogh se lance dans la réalisation d’une multitude de toiles afin de décorer les lieux. Parmi les thèmes traités, Van Gogh a choisi l’univers de la chaleur, du confort et de la sécurité à travers La chambre de Van Gogh à Arles.

Lorsque Vincent Van Gogh représenta sa chambre sur toile, il raconta et commenta son œuvre au travers d’une lettre adressée à Théo. Il réalisa sur celle-ci un croquis aidant à mieux se représenter l’espace. On peut y lire ” Et bien cela m’a énormément amusé de faire cet intérieur (…) d’une simplicité à la Seurat “.

Il décrit le tableau à peu près de cette manière :

J’ai pensé qu’en regardant cette composition on arrêterait de penser et d’imaginer (…) J’ai peint les murs en violet pâle (…) Le lit en bois et les chaises, jaune comme le beurre frais, les feuilles et les oreillers, de citron vert clair. Le couvre-lit, de couleur écarlate. La fenêtre, le vert. Le lavabo, orangé, le réservoir, le bleu. Les portes, les lilas. Et, c’est tout. Il n’y a pas autre chose dans cette chambre avec volets clos. La place des meubles doit exprimer l’idée indéfectible du repos “.

Mais saviez-vous qu’il n’existe pas une seule mais bien trois versions de La chambre de Van Gogh à Arles (et je ne parle pas des faussaires !). Comment cela est-il possible alors ? Et bien tout simplement parce que la toile d’origine, peinte en Octobre 1888, a été endommagée lors d’une inondation causée par le Rhône alors que Van Gogh était interné (suite à l’incident de l’oreille qu’il s’est entaillé par autopunition pour avoir menacé Gauguin). Bref, passons les détails sordides. Tant et si bien que Théo Van Gogh demanda à son frère Vincent de réaliser une copie de la toile avant que celle-ci ne soit restaurée. Cette seconde version datant de septembre 1889 n’est pas une copie exacte (c’est tout à fait visible au niveau du sol par exemple). C’est à l’été 1889 que Van Gogh décida de refaire en plus petits ses tableaux préférés, dont la fameuse chambre, qu’il offrit ensuite à sa mère et à sa sœur. Cette dernière version est elle aussi différente, les portraits accrochés au-dessus du lit ne sont plus les mêmes (à l’origine  le poète Eugène Boch et le soldat Paul-Eugène Milliet) on y trouve entre autre ici l’autoportrait de l’artiste. Il existe aussi un croquis réalisé par Van Gogh (autre que celui de la lettre).

Observez les différences notables entre ces trois versions présentées dans l’ordre de création :

1888 - 72×90cm

Van Gogh Museum, Amsterdam

1889 - 72×90cm

Art Institute of Chicago

1889 - 57,5×7cm

Musée d’Orsay, Paris

En se baladant de nos jours à Arles, on retrouve l’univers qui a inspiré Van Gogh durant la fin de sa vie. Malheureusement, la maison jaune n’existe plus, elle a été détruite pendant la Seconde Guerre Mondiale lors de bombardements en 1944. Reste que Van Gogh fait partie du patrimoine de la ville c’est pour cette raison qu’a été créée la “Fondation Van Gogh”. Comme le maître le désirait, la fondation réunit un collectif d’artistes, “un atelier du Midi”. De grands peintres contemporains y exposent leurs œuvres en hommage au peintre. Citons entre autre Bacon, Botero ou encore Hockney (reprenant ici La chaise à la pipe).

D’autres artistes, moins connus se sont également inspirés de Van Gogh et ont réinterprété, à leur manière, la fameuse chambre.

On trouve même des versions de la chambre sur une théière, un faux catalogue ou même un dos !

Reste que pour vivre l’expérience du tableau jusqu’au bout, il vous est maintenant possible, grâce à La chambre de Vincent (près des arènes), de visiter une reconstitution de la chambre mais telle qu’on la voit dans le tableau.

L’artiste Dave Person a également réalisé une série d’hommages à Van Gogh dans laquelle il a reconstitué la chambre, à sa manière.

On peut dire que le passage de Vincent Van Gogh en Provence aura marqué les esprits et surtout celui des arlésiens, la preuve !

© Van Gogh Museum, Wikimedia, La chambre de Vincent, Fondation Van Gogh, Dave Pearson, Gil Russell, ArtNet, pablovanmichelangelo, mermaiddiaries, tracingvincent, mocasaki, panachecollectibles, gravos, Musée D’Orsay, Art Institute of Chicago

Tags: , , , , , ,

2 commentaires pour “La chambre de Van Gogh à Arles”

  1. Denise Therriault- Ruest dit :

    Votre site m’a inspiré pour l’animation d’un atelier d’écriture dans lequel nous pratiquons en préambule un art manuel ( le dessin dans ce cas) afin de nous imprégner du thème.
    Le thème sera¨ La chambre¨.
    J’inviterai les auteurs à dessiner une chambre.
    Ensuite ils seront invités à écrire un texte sur la chambre ou un élément dans la chambre.
    Cette activité se donnera à Baie-Comeau au Québec, le 14 septembre prochain dans le cadre des ateliers Bec et Plume qui se tiennent mensuellement depuis une douzaine d’année.
    Les règles sont:
    Écriture de premier jet.
    Le texte et l’expérience manuelle ne sont connus que par l’animateur.
    Pas de critiques ou auto-critiques négatives.
    L’expérience se doit d’être ludique.
    Les membres animent à tour de rôle.
    Grande liberté dans l’atelier lui-même, l’écriture et son partage
    à la fin de l’atelier, se tenant de 9 h. à midi.
    Le dîner en groupe dans un petit café bien connu, Le manoir du café, est libre.
    Merci pour la création de ce site. Le trouver m’a surprise et ravie.
    Denise Therriault- Ruest

  2. Culture Confiture dit :

    @ Denise Therriault : Dans ce cas mission accomplie !
    Je suis ravie que mon site vous ait à ce point charmé :)
    Très bonne initiative en tous cas que cet atelier d’écriture où l’on vient créer sur des thèmes variés, sans aucune pression ni idée de compétition mais pour le plaisir des mots et de la création.
    Bonne continuation et vive le Québec, région incroyablement belle !

Laisser un commentaire